Furosémide : l'ANSM ne constate aucun dysfonctionnement au sein de l'usine Teva

Après une inspection de deux jours, l'agence du médicament (ANSM) a quitté le site du laboratoire pharmceutique Teva à Sens, dans l'Yonne, sans "identifier de défaut dans l’organisation, les pratiques ou les équipements" qui aurait conduit à l'erreur de conditionnement du médicament impliqué dans deux décès de patients.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Furosémide : l'ANSM ne constate aucun dysfonctionnement au sein de l'usine Teva

Pas "d’anomalie majeure de fonctionnement du site", a constaté l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), lors de son inspection du laboratoire Teva à Sens, dans l'Yonne, les 10 et 11 juin.

Dans un communiqué, l'ANSM explique que "les premières constatations n’ont pas permis d’identifier de défaut dans l’organisation, les pratiques ou les équipements de nature à conduire les autorités sanitaires à interrompre l’activité du site".

Toutefois, "une vérification systématique des boites de Furosémide Teva 40 mg des lots retirés a été imposée à Teva" par l’ANSM, "afin d’identifier l’ampleur de la non conformité". De plus, "l'enquête se poursuit avec les autorités judiciaires".

"Les comprimés de furosémide proviennent de Hongrie et sont mis en plaquettes et en boîtes dans cette usine", a précisé l'agence. Le somnifère zopiclone, substitué dans certains lots au furosémide "provient d'Espagne".

Le week-end dernier, une erreur dans le conditionnement de certains lots du médicament Furosémide 40 mg, produit par Teva, a conduit plusieurs patients à ingérer un somnifère en lieu et place du diurétique.

L’ensemble des lots de Furosémide Teva 40 mg ont été retirés du marché et seront détruits.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS