Fukushima un an après, vu du Web

Pendant un an, les analyses, les récits, les documents sur l'accident nucléaire de Fukushima, en mars 2011, se sont amoncelés sur la toile. L’Usine Nouvelle a récolté pour vous quelques données pertinentes. Petit tour d'horizon, non exhaustif. 

Partager

On va bientôt fêter le premier anniversaire. J’ai peur que les gens oublient Fukushima. Rien n’est fini. Cela ne fait que commencer", s’inquiète Iori Mochizuki sur son blog, le 8 mars dernier. Dans "Fukushima Diary", l’ingénieur japonais se bat contre "le blocage des médias".

".

Pourtant un an, jour pour jour après le tremblement de terre et le tsunami qui ont ravagé la côte du Nord-Est du Japon, personne n'a oublié le dramatique accident de Fukushima Daiichi. Les documentaires se multiplient, à l’instar du reportage de Marie Linton et des photographes Guillaume Bression et Carlos Ayesta. Envoyés spéciaux de Sciences et Avenir au Japon, ils ont parcouru le pays, de Tokyo à Ogatsu. Partis à la rencontre des sinistrés, ils les font témoigner.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des images fortes, tout aussi saisissantes de réalité que celles prises par hélicoptères et diffusées sur la chaîne ANN (disponibles en 7 épisodes sur Youtube). L’autorisation a finalement été donnée de s’approcher de la centrale. Le 28 février dernier, ANN a donc filmé le cœur de la zone interdite.

Mais un robot a fait mieux, en tournant à l’intérieur du niveau 5 de l’unité 2 de la centrale.

Quelques images avaient déjà été diffusées, un peu plus tôt, par Tepco lui-même. L’opérateur de la centrale publie régulièrement des rapports sur son site. Après de mauvais débuts dans la gestion de la crise, dans les premières semaines qui ont suivi l'accident nucléraire, Tepco fait preuve de plus de "transparence" et informe régulièrement le public de l’état d’avancement des opérations sur son site Internet :

Les données de Tepco ont également été collectées par The Guardian. Dans un tableau, le quotidien britannique compile les différentes informations disponibles pour chaque réacteur.

Et comme on trouve de tout sur internet... Un développeur a créé un jeu dans lequel l'internaute devient directeur de la centrale. Il doit alors répartir ses moyens en techniciens et ses moyens de refroidissement sur les réacteurs en surchauffe.

LES AUTRES ARTICLES DU DOSSIER POST-FUKUSHIMA
Un an après la catastrophe, le Japon doit se repenser
Si les entreprises japonaises ont réussi à se mettre rapidement en ordre de marche après le tsunami, elles ont néanmoins pris conscience de leur fragilité. Trop exposées à l’économie locale, elles doivent aujourd’hui revoir leur stratégie et s’ouvrir un peu plus.

Infographie : le marché du nucléaire un an après Fukushima
Le 11 mars 2011, le Japon était frappé par l'accident nucléaire de Fukushima, conséquence d'un séisme suivi d'un tsunami. Un an après, le marché mondial du nucléaire a été décalé dans le temps et légèrement ralenti. Mais il reste vivace. Le point sur la situation post-Fukushima en infographie.

"Le Japon va devenir un terrain majeur de l'innovation énergétique"
Un an après l'accident nucléaire de Fukushima, du 11 mars 2011, la donne nucléaire a énormément changé dans l'archipel nippon. Au profit d'une autre vision de la production et de l'utilisation de l'énergie. Pour Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider Electric, un tournant pour l'efficacité énergétique.

Sans oublier notre dossier Special Japon sur l'accident nucléaire de Fukushima.

0 Commentaire

Fukushima un an après, vu du Web

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS