Fret SNCF : pas de développement avant des années pour cause de... travaux !

Si Fret SNCF redresse la tête financièrement, ses activités comme celles des autres opérateurs ne pourront pas se développer avant des années. Les travaux de rénovation du réseau en sont la première cause.

Partager
Fret SNCF : pas de développement avant des années pour cause de... travaux !

"Fret SNCF a réduit sa perte, à environ 100 millions d’euros, contre 483 millions il y a cinq ans", s’est réjouit Guillaume Pepy, le président de la SNCF, à l’occasion de ses vœux à la presse, mercredi 21 janvier. C’est une bonne nouvelle pour cette entité qui a accumulé les déficits depuis tant d’années avec une activité en forte baisse. Pour le gouvernement, le développement du fret ferroviaire est une priorité dans la lutte contre le réchauffement climatique. Problème, le fret ferroviaire dans son ensemble - opérateurs privés compris (37 % de parts de marché) - ne pourra réellement croître et engranger des bénéfices que lorsqu’il pourra disposer d’un réseau adapté. Il faudra un jour se pencher sur la rénovation des 4200 km de lignes qui relient le réseau national aux installations industrielles. Mais le fret ferroviaire est surtout la dernière roue du carrosse dans l’attribution des sillons [période durant laquelle une infrastructure est affectée à la circulation d'un train], notamment avec l’amplification des chantiers de nuit pour rénover le réseau et la réalisation de quatre LGV en même temps. Un effort sans précédent depuis le plan du ministre des Travaux publics, Charles de Freycinet (1877-79) pour multiplier les lignes de chemins de fer.

Les trains de marchandises passent après les voyageurs et circulent donc souvent la nuit. Jacques Rapoport, le président exécutif de la nouvelle SNCF, met en avant "le réseau classique qui est beaucoup plus utilisé par les TER qu’il y a dix ans", avant de reconnaître que la SNCF "ne sait pas offrir un sillon de qualité sur 1 000 kilomètres, essentiellement en raison des travaux. Pour 200 kilomètres, nous y arrivons." Mais le plus grave est le peu de visibilité sur l’avenir. "Nous ne pourrons pas améliorer les sillons avant des années", concède celui qui est aussi patron de SNCF Réseau. Un constat qui n’incite pas à l’optimisme pour le développement à court terme du fret ferroviaire et le recul du poids du transport routier, particulièrement néfaste pour l’environnement. La lueur d’espoir pourrait venir d’une organisation plus industrielle des travaux.

Industrialiser les chantiers

"Faire comme dans l’aéronautique et dans l’automobile avec leurs sous-traitants, c’est-à-dire leur garantir des plans de charge", telle est la révolution préconisée par la SNCF pour accélérer les travaux. Pas question pour autant de baisser les effectifs de cheminots sur les chantiers, affirme la SNCF. En nouant de réels partenariats avec les industriels, l’idée est non seulement de garantir des volumes mais aussi une qualité qui n’est pas toujours au rendez-vous sur de la maintenance ponctuelle, comme l’ont dénoncé à raison les syndicats à plusieurs reprises.

"La performance industrielle est la clé de notre réussite", a réaffirmé Guillaume Pepy avant de se réjouir des résultats 2014, qui seront officiellement présentés le 12 février avec un chiffre d’affaires en hausse de 2,3 % (hors effet de la grève). Elle passe par les nouvelles technologies et notamment le numérique. "Le croisement d’informations sur la météo, les trains qui passent, etc. aidera à anticiper le changement de caténaires avant qu’ils ne cassent", explique Yves Tyrode, le nouveau directeur digital et communication de la SNCF. L’internet des objets doit également permettre de collecter un maximum d’informations en plaçant des capteurs sur les rails par exemple. Autant d’outils pour prévenir les défaillances et faciliter la maintenance.

Olivier Cognasse

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - KOUNGOU

Mise en place de vidéo protection.

DATE DE REPONSE 06/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS