Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Frénéhard & Michaux, du crochet de gouttière à la protection anti chute

, ,

Publié le

Diaporama Frénéhard & Michaux célèbre ses 125 ans. Le leader historique français du crochet de gouttière et de toiture a attaqué il y a douze ans le marché des équipements anti chute. Cette activité tire désormais la croissance du groupe. Cette entreprise familiale a opté pour une stratégie de croissance externe et de renforcement de son outil de production situé à Saint-Symphorien-des-Bruyères (Orne).

Frénéhard & Michaux, du crochet de gouttière à la protection anti chute
Fabrication métallique sur le site Frénéhard & Michaux de Saint-Symphorien-des-Bruyères
© Frénéhard & Michaux

Le groupe Frenehard & Michaux (50 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 300 salariés, à Saint-Symphorien-des-Bruyères, Orne), spécialiste de la protection anti chute et du crochet de gouttière et de toiture, célèbrera vendredi 12 septembre ses 125 ans d’histoire avec un slogan : "Innover et durer." Samedi 13 septembre, il ouvrira les portes de ses ateliers de fabrication au grand public.

Après avoir regroupé ses différentes activités à Saint-Symphorien-des-Bruyères (180 salariés) à quelques kilomètres de l’Aigle, berceau de l’entreprise, Frénéhard & Michaux s’est lancé depuis 2012 dans une politique d’acquisitions dans des métiers connexes. Il vient de racheter trois sociétés situées dans l’Eure, département voisin : deux entreprises de peinture (FM Merlet et FM TSN) qui travaillent en synergie avec son unité de galvanisation ainsi qu’une entreprise de métallerie-serrurerie (Labelle Métallerie), fournisseur exclusif du ministère de la Justice pour les portes de prisons.

Cette politique de croissance externe va se poursuivre a confié Philippe Van Hoorne, directeur général à usinenouvelle.com : "Nous avons deux dossiers d’acquisition dont un qui pourrait se concrétiser dans quelques jours." Le groupe continue aussi à investir dans l’outil de production : nouvelle machine à collier pour les crochets de gouttière, projet d’acquisition de machine à découpe laser pour la découpe d’acier. "Nous devons être en capacité de répondre aux besoins du marché et de faire des produits différenciés ainsi que du sur-mesure", souligne le directeur. Le groupe s’adresse aux charpentiers/couvreurs ainsi qu’aux maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage.

Un centre d’essais "maison"

Il a investi 10 millions d’euros en l’espace de cinq ans et va continuer à investir pour être performant dans ses deux grands métiers : la fabrication de crochets de gouttière et de toiture (pour tuiles et ardoises) et la protection anti chute, activité qui tire la croissance de l’entreprise depuis douze ans ; cela recouvre les garde-corps en acier pour toitures-terrasses, des échelles à crinoline en acier équipées d’arceaux, des lignes de vie en inox avec ancres en acier ou encore des harnais anti chute en textile pour les professionnels du bâtiment. Frénéhard & Michaux dispose de son propre centre d’essais à Saint-Symphorien. Il intègre de plus en plus la pose dans ses prestations, via un réseau d’installateurs agréés.

Pour livrer ses clients du bâtiment qui privilégient désormais le zéro stock, le groupe Frenehard & Michaux vient de créer une filiale logistique à Meung-sur-Loire (Loiret) en partenariat avec la société Plombelec (fixations pour le bâtiment) installée dans cette commune.

Conscient de sa faiblesse à l’export (5 % du chiffre d’affaires), Frenéhard & Michaux a créé en avril une filiale commerciale à Sarrebruck en Allemagne. La prospection du marché allemand est la mission confiée à cette structure actuellement hébergée par la CCI franco-allemande de Sarrebruck.

La vieille PME du pays d’Ouche revendique sa production made in France ainsi que son statut d’entreprise familiale maître de son destin. Le capital est en effet familial à 90 %. Le reste du capital est détenu par les salariés. "L’une des forces de l’entreprise est que tous les sujets sont débattus avec les salariés, souligne Philippe Van Hoorne. Le personnel siège au conseil d’administration avec les administrateurs et les dirigeants."

Claire Garnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle