Electronique

Freescale s'allie pour mieux rebondir

,

Publié le

Le fabricant américain de puces électroniques multiplie les accords pour se renforcer sur ses métiers et s'attaquer à de nouveaux marchés.

La semaine est riche d'annonces pour Freescale Semiconductor. Le fabricant de puces électroniques a dévoilé coup sur coup la signature de trois accords avec IBM, STMicroelectronics et Nokia. Hasards du calendrier ? Sans doute. Longuement mûries, ces annonces illustrent la nouvelle stratégie de Freescale. Car après deux ans d'existence, l'ex-division semi-conducteurs de Motorola cherche de nouveaux relais de croissance.

Une fragile onzième place

 

Commentant le 19 janvier dernier les résultats de l'exercice 2005, Michel Mayer, P-DG de Freescale, s'estimait « content, mais pas encore satisfait ». Certes, la société est sortie du rouge depuis qu'elle a quitté le giron de Motorola et son chiffre d'affaires de 5,84 milliards de dollars est en croissance. Mais il ne progresse que d'un petit 1 %, alors que le marché mondial des semi-conducteurs a connu une embellie à près de 6 %. Bilan, Freescale piétine à la 11e place des fabricants du domaine, avec Sony, Nec, Philips ou Hynix. Et bien loin des « majors », auxquels le texan appartenait encore en 2002.

Sa place est d'autant plus fragile que, jusqu'à présent, la « spin off » bénéficie encore de relations privilégiées avec son ex-maison mère. A lui seul, Motorola représente plus de 25 % du chiffre d'affaires total (28 % en 2004) de Freescale. Or, l'accord pluriannuel de fournisseur privilégié arrive à échéance à la fin de l'année 2006. Que Motorola abandonne les services de son ex-division n'est pas envisageable, mais qu'il réduise la voilure est certain, surtout sur ses mobiles d'entrée et de milieu de gammes.

Elargir la base de clients

 

Un autre gros client, Apple, n'a pas eu de scrupules quand il a décidé en 2005 d'équiper ses ordinateurs avec des puces d'Intel au lieu de celles fournies par le texan. Une double perte pour ce dernier. Environ 160 millions de dollars de chiffre d'affaires allaient dans les Mac en 2004. Mais surtout, « Apple était le premier utilisateur des processeurs de haut de gamme de Freescale. Il servait de moteur technologique », remarque Joe Byrne, analyste au Linley Group.

Pour redresser la barre, la stratégie de Freescale est claire : se renforcer sur ses coeurs de métier, les télécommunications et l'automobile, et s'ouvrir à de nouveaux marchés. « Nous élargissons notre base de clients sur nos marchés traditionnels », explique Denis Griot, vice-président Europe de Freescale. La collaboration avec Nokia, annoncée le 8 février dernier, est significative. Le finlandais va inscrire à son catalogue des téléphones 3G basés sur des puces du texan, tout comme son concurrent Motorola. En attendant une autre annonce majeure lors du congrès 3GSM, qui se tient cette semaine à Barcelone.

Avec STMicroelectronics, Freescale renforce son leadership dans l'électronique automobile, où il est numéro 1 avec 13 % du marché. Son partenaire lui fournira la technologie nécessaire au contrôle des moteurs, notamment. Cette coopération lui servira aussi de tremplin pour les futurs véhicules hybrides et les applications industrielles. Car Freescale se positionne sur de nouveaux marchés en élargissant le champ d'applications de ses technologies.

L'accord signé avec IBM porte ainsi sur les futurs développements des microcontrôleurs 32 bits Power qu'ils ont créés ensemble. Ceux-ci seront disponibles pour d'autres sociétés, via le consortium power.org, afin que ces dernières apportent leur savoir-faire pour en faire des puces dédiées aux applications de l'électronique embarquée et du grand public. Tout comme le faisait Apple pour ses Mac.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte