Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Free se positionne sur l'internet sans fil

Hassan Meddah , ,

Publié le

L'opérateur a pris de court tous ses concurrents. Plutôt que de concourir pour des licences régionales, il a mis la main sur une licence nationale Wimax, une technologie radio prometteuse.

Coup de génie ou coup de poker ? L'histoire le dira. Le groupe Iliad, maison mère de Free, vient en tout cas d'annoncer le rachat d'Altitude Telecom (50 millions d'euros de chiffre d'affai-res, 320 salariés), un opérateur 10 fois plus petit que lui mais seul dé- tenteur en France d'une licence na- tionale Wimax. Cette technologie radio, encore en phase de test, fait saliver et met en ébullition tous les acteurs des télécoms tant ses performances sont "bluffantes" : une antenne disposée sur un point haut, permet de transmettre des données à des débits de 10 à 20 Mbps sur une zone de couverture de 20 kilomètres. En plus d'être une technologie complémentaire, voire concurrente à l'ADSL, certains y voient même une alternative à l'UMTS pour offrir des services de mobilité haut débit !

Des fréquences aux enchères

Avec ce rachat dont le montant n'a pas été divulgué, Free grille la politesse à tous les opérateurs télécoms qui fourbissent leur candidature aux licences Wimax. Selon le calendrier fixé par l'auto-rité de régulation du secteur, l'Arcep, ils ont jusqu'au 14 octobre pour se déclarer et janvier 2006 au plus tard pour confirmer définitivement leur engagement. Or, tout le monde risque de ne pas être servi. La procédure de l'Arcep prévoit l'attribution de licences uniquement régionales (deux par région). Et dans le cas où le nombre de can- didats sera supérieur aux fré- quences disponibles, un processus d'enchères sera mise en place. Free, pour sa part, est sûr de déployer ses services au niveau national s'il le souhaite. « Pour nos concurrents, c'est l'incertitude », souligne Olivier Rosenfeld, directeur financier d'Iliad.

Free, premier concurrent de France Télécom sur l'ADSL grand public, ne cesse de surprendre. Après avoir défini le concept de modem ADSL sur mesure avec la FreeBox et lancé les premiers services de télévision sur ligne téléphonique, le voici sur les rails du Wimax.

Gare toutefois aux miroirs aux alouettes ! Au début des années 2000, les opérateurs s'étaient rués sur les licences radio avant de comprendre qu'ils fonçaient droit dans le mur. Or la bande de fréquence allouée (3,5 GHz) était la même que celle utilisée pour le Wimax. « La technologie depuis a bien évolué, analyse Olivier Rosenberg. Auparavant, elle était point à point et passait mal à travers les murs. Ce n'est plus le cas ».

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle