Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Frédéric Cuvillier ravit les transporteurs routiers

Olivier Cognasse , , ,

Publié le

En clôture du congrès annuel de la Fédération nationales des transports routiers (FNTR), le ministre des Transports a annoncé deux mesures qui ont soulevé l’enthousiasme de la profession.

Frédéric Cuvillier ravit les transporteurs routiers © D.R.

Un long discours et deux salves d’applaudissements ont salué les annonces du ministre des Transports. Un ministre de gauche salué par les patrons du transport routier, c’est assez rare pour être souligné. Il est vrai que les mesures annoncées en clôture du congrès annuel de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) par Frédéric Cuvillier ont soulevé l’enthousiasme. Première mesure, le gouvernement va modifier, comme évoqué depuis quelques semaines, le dispositif d’application de l’écotaxe poids lourds.

Très contestée par les professionnels, cette "usine à gaz" laissée sur le bureau du ministre par son prédécesseur, fera l’objet d’une loi votée au Parlement avant la fin de l’année pour simplifier son application. Les applaudissements se sont faits plus nourris lorsque Frédéric Cuvillier a annoncé, toujours pour l’écotaxe, "la mise en place d’un mécanisme de majoration forfaitaire obligatoire avec un taux fixé annuellement par région et un taux spécifique pour le transport interrégional".

Une écotaxe à la charge du client

Grâce à ce mécanisme, les chargeurs ne pourront pas faire payer l’écotaxe aux transporteurs. Elle sera intégralement à la charge du client et elle intégrera les frais de gestion. Une mesure plébiscitée, même si un spécialiste du secteur évoquait un retour au "transport administré". Le patron d’une PME avait le sourire aux lèvres pour dire tout le bien qu’il pense de cette mesure. "Sinon, il aurait été impossible de faire payer cette taxe aux chargeurs. Surtout, en période de crise, ils essaient de négocier des contrats à la baisse."

La seconde mesure, qui correspond à un second document laissé sur le bureau du ministre, concerne l’autorisation de circuler pour les véhicules de 44 tonnes. "Il est inapplicable. Nous allons clarifier les choses. Un décret sera promulgué très prochainement pour faire circuler les poids lourds de 44 tonnes à 5 essieux, mais avec une limite des charges à l’essieu. Cet encadrement a pour objectif de réduire l’usure de la route", a précisé le ministre. Une mesure applaudie chaleureusement, mais qui a dû faire grincer quelques dents du côté des écologistes. Ils redoutent un renforcement de la compétitivité du transport routier par rapport aux autres modes de transport.

Frédéric Cuvillier a également évoqué la compétitivité. Les entreprises de transport sont concernées par les mesures du gouvernement et il entend faire entendre sa voix à Bruxelles sur les temps de conduite et le cabotage, tant décrié par la profession en raison d’une concurrence déloyale pratiquée par certaines entreprises d’Europe centrale et même françaises qui emploient de la main-d’œuvre aux salaires de ces pays.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle