François Roussely pour une structure publique pour le nucléaire

PARIS (Reuters) - L'Etat français doit renforcer son rôle dans l'organisation de la filière nucléaire au travers d'une structure spécialisée, voire même d'un ministère, estime François Roussely, l'auteur du rapport sur l'avenir du nucléaire civil, dans un entretien au journal Les Echos dans son édition de jeudi.

Partager

Les groupes EDF et Areva doivent quant à eux approfondir leur coopération industrielle, ajoute-t-il, au lendemain de l'annonce par Nicolas Sarkozy d'une série de décisions, dont la conclusion d'un accord de partenariat stratégique entre les deux groupes français.

"L'Etat doit renforcer son rôle dans l'organisation de la filière nucléaire française, dans la nouvelle donne internationale. Pour l'Etat, l'énergie est toujours une priorité stratégique. Il lui faut donc une structure dédiée, regroupant l'ensemble des compétences nécessaires, pouvant être un ministère", a déclaré François Roussely.

"Le conseil de politique nucléaire instauré par le Président de la République pourrait se substituer à bien des conseils existants", ajoute-t-il.

François Roussely, qui défend le modèle intégré d'Areva, par opposition à un éventuel démantèlement du groupe, estime néanmoins que l'ouverture du capital des actifs miniers du groupe nucléaire "mérite d'être étudiée avec attention".

"Je propose d'approfondir la coopération (entre EDF et Areva) sur tous les projets communs, comme à Flamanville, dans un souci de standardisation de l'EPR. Il faut retrouver le sens de l'intérêt commun et porter à l'optimum l'offre industrielle", déclare François Roussely.

"Pour simplifier le fonctionnement de l'équipe de France du nucléaire, il faut en aligner les intérêts."

Marie Mawad, édité par Danielle Rouquié

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LES ECHOS
ARTICLES LES PLUS LUS