Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

François Hollande veut croire en l'industrie innovante de demain

Elodie Vallerey ,

Publié le

Le président de la République a lancé, le 2 décembre, le "concours mondial d'innovation", imaginé pour identifier les innovations stratégiques pour la France et stimuler l'appareil productif hexagonal.

François Hollande veut croire en l'industrie innovante de demain © Présidence de la République

Les futurs champions de l'économie française se trouvaient-ils parmi les invités du lancement du concours mondial d'innovation par François Hollande, le 2 décembre, au Centquatre, à Paris ?

C'est seulement à la rentrée 2014, échéance à laquelle le concours doit aboutir, que l'exécutif pourra jauger de l'intérêt pour les entreprises françaises pour l'innovation.

Aux côtés du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et de la présidente de la commission "Innovation 2030" Anne Lauvergeon, le président n'a pas lésiné sur l'enthousiasme pour insuffler une énergie créatrice aux entrepreneurs présents.

"En matière d'innovation, (la France n'est) que 11e sur les 28 pays européens. Ce n'est pas notre niveau, ce n'est pas notre rang, ça ne doit pas être notre place dans les prochaines années", a martelé le chef de l'Etat, rapporte l'AFP. Pour lui, ce concours mondial d'innovation "s'inscrit dans une volonté, celle de réindustrialiser la France", "de muscler (son) appareil productif", car "l'innovation, c'est la croissance de demain (...), ce qui permet de changer la donne".

Et d'énumérer les"coups de pouce" consentis par le gouvernement en ce sens aux entreprises : extension du crédit impôt recherche, statut de jeune entreprise innovante, orientation de l'épargne vers l'innovation, mise en place de la Banque publique d'investissement, crédit impôt recherche, crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi...

A la rentrée 2014, une trentaine de projets émanant d'acteurs français ou étranger sera sélectionée et pourra bénéficier d'une subvention de 2 millions d'euros.

L'Etat affectera 300 millions d'euros au financement de ces projets innovants au travers de la Banque publique d'investissement.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle