Economie

François Hollande se dit "tout près du but" sur l'inversion de la courbe du chômage

,

Publié le

La courbe du chômage est sur le point de s'inverser en France grâce aux emplois aidés et à la reprise de la croissance, a déclaré le 15 septembre François Hollande sur TF1. Le président de la République a par ailleurs écarté l'hypothèse d'une hausse des taxes sur le gazole en 2014.

François Hollande se dit tout près du but sur l'inversion de la courbe du chômage

"On est tout près du but", s'est félicité François Hollande, invité du journal de TF1 le 15 septembre. Le chef de l'Etat a jugé que la mise en oeuvre de dizaines de milliers de contrats aidés comme les emplois d'avenir commençait à porter ses fruits. Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) a augmenté de 0,1 point au deuxième trimestre 2013 pour atteindre 10,5% en France métropolitaine, son plus haut niveau depuis fin 1997.

"Nous y sommes presque", a dit le président qui a également fait montre d'optimisme sur le front de l'activité économique. "La croissance commence à redémarrer", a jugé le chef de l'Etat pour qui le secteur privé devrait prendre le relais du public pour porter les créations d'emplois. "Ce sont les investissements des entreprises qui seront décisifs", a-t-il estimé.

De nombreux économistes jugent la promesse de François Hollande sur le chômage irréaliste en raison d'une croissance toujours atone et estiment que les rangs des chômeurs devraient continuer à croître durant la première moitié de 2014. Le gouvernement table sur une croissance de 0,1% en 2013 et de 0,9% en 2014.

15 milliards d'économies en 2014

François Hollande a tenté de rassurer sur le front fiscal et confirmé qu'il n'y aurait aucune taxe nouvelle introduite dans le budget 2014. "J'ai décide de faire des économies", a dit le chef de l'Etat, qui a promis que le redressement budgétaire serait dorénavant accompli via une baisse des dépenses plutôt qu'une hausse de la fiscalité. Le projet de budget 2014 prévoit 15 milliards d'euros d'économies, 9 pour l'Etat et 6 pour la Sécurité sociale.

Trois milliards d'euros sont prévus en termes de nouveaux prélèvements, mais deux proviendront des recettes attendues de la lutte contre la fraude fiscale. La décision de François Hollande de ne pas procéder à une hausse de la fiscalité du diesel pourrait néanmoins contribuer à tendre davantage avec ses alliés écologistes.

Pas de taxe supplémentaire sur le diesel

Le ministre de l'Ecologie Philippe Martin a suscité la colère des Verts mercredi en laissant entendre que le diesel conserverait son avantage fiscal sur l'essence en 2014. "Ce n'est pas rendre service à l'écologie que de la réduire à des impôts", leur a répondu François Hollande qui pourrait néanmoins faire un geste pour calmer ses alliés. Selon le journal Les Echos, le gouvernement envisage de proposer une contribution climat-énergie plus ambitieuse que prévu via une "assiette carbone" introduite dans diverses taxes liées à l'écologie.

Le discours que doit prononcer François Hollande vendredi à l'ouverture de la deuxième conférence environnementale sera suivi de près par les écologistes après le cafouillage de cette semaine autour de la taxe diesel. Le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Pascal Durand, a donné samedi six jours au gouvernement pour s'engager concrètement dans la transition énergétique.

Avec Reuters (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

 

L'interview de François Hollande en intégralité

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte