L'Usine Energie

François Hollande promet un grand débat sur l’énergie

,

Publié le

Après le discours du président de la république le 25 novembre dernier, le candidat socialiste à la présidentielle prône la diversification des énergies dans une tribune publiée dans le Monde daté de mardi 29 novembre.

François Hollande promet un grand débat sur l’énergie © François Hollande - Flickr - C.C

Acteurs du secteur et citoyens seront conviés à un grand débat sur l’énergie en France, s’il est élu. Grand débat qui aboutira par le vote par le Parlement d’une loi de programmation de la transition énergétique, assure le candidat dans le quotidien Le Monde. Selon lui, ces discussions doivent mettre en lumière le fait que la France doit réussir la transition énergétique. "Après le drame de Fukushima, tandis que les réserves de pétrole s'amenuisent et que nous avons l'obligation écologique de réduire nos consommations de CO2, la France doit réussir la transition énergétique. Avec lucidité et volonté", explique-t-il.

Il assure qu’il faut progressivement sortir du tout pétrole pour les transports et du tout nucléaire pour l’électricité. Une manière de promouvoir la diversification des sources d’énergie en France, premier de ses objectifs.

Montée du renouvelable

François Hollande réaffirme notamment sa volonté d’engager une politique cohérente de montée du renouvelable. "Les difficultés d'Areva, provoquées par un affaiblissement financier, voire un démantèlement organisé par le pouvoir, ont nui à l'investissement dans les énergies nouvelles, estime le candidat. C'est pourquoi je porte, à l'occasion de l'élection présidentielle, un scénario volontariste et pragmatique".

Il profite de cette tribune pour revenir sur les chiffres avancés durant la campagne des primaires dans le domaine énergétique. Il  souhaite réduire à l'horizon 2025 la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% et de faire monter celle des énergies renouvelables, tout en maîtrisant notre consommation.

Le candidat entend préparer la transition au mieux autour de quatre principes que sont "l'indépendance, la sécurité, l'emploi et le pouvoir d'achat". "La transition n'est pas seulement une nécessité pour le développement durable ou une protection par rapport aux risques. C'est surtout, si nous savons la saisir, une opportunité économique", affirme le candidat.

"L’industrie nucléaire doit se renforcer"

Sur la question précise du nucléaire, le candidat estime que le modèle nucléaire français doit désormais se moderniser et s’adapter. "Les centrales lancées à la fin des années 1970 seront en fin de vie dans les quinze prochaines années, souligne-t-il. Des investissements importants devront y être consacrés pour éventuellement les prolonger, sachant que les exigences en matière de sécurité en élèveront le coût, sans oublier la question lancinante du stockage des déchets".

Le candidat estime que la mutation du système énergétique français devrait prendre environ trois quinquennats. L’occasion de préciser que "l'industrie nucléaire, loin d'être affaiblie, sera à plusieurs titres sollicitée, et donc renforcée. Elle aura à intervenir sur les centrales les plus anciennes, à être exemplaire en matière de démantèlement et à poursuivre les recherches sur les énergies de demain, tout en garantissant la sécurité absolue de chaque site de production".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte