Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

François Hollande fait peur aux entrepreneurs !

, , ,

Publié le , mis à jour le 14/03/2012 À 20H15

Dans un entretien exclusif accordé à L'Usine Nouvelle, Olivier Duha, le président de l'association Croissance Plus, tire le signal d'alarme. Selon ce patron, co-fondateur des centres d'appels Webhelp, les propositions du candidat socialiste nuiraient gravement à l'entreprise et aux entrepreneurs.

François Hollande fait peur aux entrepreneurs ! © D.R. - Croissance Plus

Croissance Plus va publier son manifeste la semaine prochaine. Quel message voulez-vous envoyer aux candidats ?
Olivier Duha - Notre combat prioritaire, c'est la défense de l'entrepreneuriat. Notre pays, selon un baromètre d'Ernst&Young, se place au 19ème rang mondial en matière d'innovation entrepreneuriale, juste devant l'Arabie saoudite. Ce n'est pas normal. Il faut donner le goût d'entreprendre aux jeunes générations, développer l'audace dès l'école. Nous devons à tout prix changer le regard que la société porte sur l'entreprise et cela commence dès le plus jeune âge.

Parle-t-on suffisamment de l'entreprise dans la campagne ?
Actuellement, on parle surtout de celles qui vont mal, jamais des industries qui réussissent. Pour les candidats, un modèle industriel est forcément étranger, japonais ou allemand, mais jamais français. En fait, on ne valorise pas les entrepreneurs, on les stigmatise. Quand on entend un candidat affirmer qu'il n'y a pas de problème de coût du travail en France, on marche sur la tête. Dans mon industrie, celle des centres d'appels, la France affiche le coût horaire le plus élevé : 32 euros contre 26 en Allemagne.

Vous faites allusion à François Hollande, qui participait mardi 13 mars au colloque sur la compétitivité.  Son programme, et l'hypothèse de son élection, cela inquiète les entrepreneurs que vous représentez ?
François Hollande fait peur aux entrepreneurs! J'ai des amis qui sont en panique quand ils entendent son discours anti-patron. Sa proposition de taxer à 75% les revenus au-delà d'un million d'euros est symbolique, puisque peu de ménages sont concernés. Mais elle constitue un préjudice énorme en termes d'image! Le message que le candidat socialiste envoie aux chefs d'entreprise, c'est qu'ils ne sont pas les bienvenus. Avec les 35 heures, le parti socialiste nous avait dit: "Le travail, c'est une verrue, travailler moins, c'est progresser." Quinze ans après, il nous dit: "Gagner de l'argent, c'est mal."

Souhaitez-vous que François Hollande corrige le tir ?
Il a mis les PME au coeur de son programme et c'est bien. Maintenant, il doit aussi dire aux patrons qu'ils sont les bienvenus, plutôt que de les faire fuir. Qu'on ne soit pas d'accord sur tout, c'est normal. Mais un responsable socialiste doit réhabiliter l'entrepreneur, et lui dire la place qu'il doit tenir pour les vingt prochaines années.

Propos recueillis par Frédéric Parisot, Laurent Guez et Thibaut De Jaegher

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/03/2012 - 18h17 -

Les entrepreneurs avec François Hollande ! Elles et ils sont chefs d’entreprise, dirigeant(e)s, on les classerait plutôt « à droite », et pourtant ils sont de plus en plus nombreux à soutenir François Hollande. Leurs valeurs ? L’économie de marché, la saine concurrence et la performance économique, mais aussi et surtout la justice sociale, l’équité dans le management et dans la redistribution des richesses créées, l’économie coopérative et solidaire, la confiance dans l’être humain et dans l’intelligence collective. Leurs activités ont immanquablement souffert de la crise économique depuis 2008 mais ils ont tenu et gardé espoir. Car cette crise est avant tout celle d'un système néolibéral qui pendant des années s'est bercé d'illusions, a laissé les actionnaires des grandes entreprises s’enrichir au détriment des salariés et des sous-traitants, a regardé les banques spéculer au lieu de financer l’économie réelle. Le laxisme ou la complicité des dirigeants politiques face à ces dérives ne doit en rien décourager celles et ceux qui pensent que l’action politique a encore un sens.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle