François Hollande fait la cour aux patrons étrangers

De retour de Californie où il a tenté de rassurer les Français expatriés, François Hollande lance ce 17 février une opération de séduction des patrons étrangers pour les convaincre d'investir sur le "site France", une démarche qui s'inscrit dans la lignée du pacte de responsabilité négocié avec le Medef pour relancer l'emploi.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

François Hollande fait la cour aux patrons étrangers

Une trentaine de chefs d'entreprises étrangères installées en France sont invités à l'Elysée pour un conseil stratégique de l'attractivité au terme duquel le chef de l'Etat devrait annoncer une série de mesures censées rendre le territoire national plus accueillant.

"C'est une réunion avec des patrons qui viennent de l'ensemble du monde, qui pèsent 850 milliards d'euros, pour les convaincre que la France est un pays où l'on peut investir, où il faut investir", a déclaré vendredi Pierre Moscovici à l'issue du conseil des ministres.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le ministre de l'Economie et des Finances a expliqué que l'enjeu était dans un premier temps de leur rappeler les réformes engagées par le gouvernement comme le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), la réforme du marché du travail ou de la formation et le choc de simplification.

Dès dimanche, les dirigeants d'entreprises sont invités à dîner à Matignon avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et une dizaine de ministres afin de "créer du lien" avec le gouvernement, selon la formule d'un conseiller.

L'idée de ces rencontres est d'enclencher "une dynamique" et un dialogue pour engager de nouvelles mesures. Additionnées aux baisses de charges du pacte de responsabilité et au choc de simplification, celles-ci doivent convaincre du bien-fondé d'investir en France.

"SANS TABOU"

"L'objectif c'est d'être sans tabou et de se dire des choses sur les forces et les faiblesses du site France", estime un conseiller de François Hollande.

Le gouvernement prépare des mesures pour assurer un meilleur accueil administratif des expatriés mais étudie aussi d'autres projets comme la relance du CDG Express, une ligne ferroviaire directe entre Paris et l'aéroport de Roissy.

Ces efforts interviennent alors que la légère reprise de l'investissement en France a permis d'afficher une croissance meilleure que prévu en 2013, mais toujours poussive (0,3%).

Pour lui donner un nouvel élan, le gouvernement ne peut négliger les capitaux étrangers, qui représentent un 'stock' de plus de 503 milliards d'euros, selon des chiffres fournis par l'Elysée.

Les 20.000 entreprises étrangères et leurs filiales installées en France emploient environ 2 millions de personnes.

"Dans l'industrie, un investissement sur trois vient de capitaux étrangers", estime Pierre Moscovici, qui comme le reste du gouvernement a entendu l'inquiétude formulée en décembre par une cinquantaine de patrons de groupes mondiaux implantés en France.

Ces derniers, du cabinet de conseil américain Accenture au groupe industriel allemand Siemens, avaient averti qu'ils leur était de plus en plus difficile de plaider la cause de l'investissement en France devant leur direction devenue méfiante vis-à-vis des perspectives économiques du pays.

Le conseil stratégique d'attractivité s'achèvera lundi après-midi par un déplacement du président français à l'usine de production d'insuline de Novo Nordisk de Chartres (Eure-et-Loir).

Pour François Hollande, dont la taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d'euros fait figure d'épouvantail dans les milieux d'affaires internationaux, l'enjeu est de rectifier le tir. Le président a déjà donné des gages en Californie mercredi, en opérant une réconciliation très médiatique avec les "pigeons", ces jeunes entrepreneurs qui l'accusaient de faire fuir de France les créateurs d'entreprises par une fiscalité confiscatoire.

Reuters (Julien Ponthus, édité par Chine Labbé)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS