Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

François Hollande et EDF exhument le projet de construction de six EPR en Inde

, , ,

Publié le

EDF et l’électricien national indien ont signé un accord de coopération pour la construction de six réacteurs nucléaires en Inde. Un projet qui peine à avancer en raison de fortes oppositions locales et des difficultés de la filière française.


Chantier de l'EPR de Flamanville - Crédits Pascal Guittet

A l’occasion du déplacement en Inde du Président François Hollande, EDF et l'électricien national indien Nuclear Power Corporation of India Ltd (NPCIL) ont signé "un protocole de coopération relatif au projet de construction de six réacteurs EPR à Jaitapur, dans l’ouest de l’Inde", rapporte l’électricien français.

De son côté, le président français et le Premier Ministre indien, Narendra Modi, ont assuré dans une déclaration commune que les deux pays ont pour objectif "de conclure un accord technico-commercial d'ici la fin 2016 pour la construction de six réacteurs nucléaires".

Un projet ancien

Un objectif ambitieux, tant le projet a tardé jusqu’alors à prendre forme. Il a été annoncé pour la première fois en 2008 par Anne Lauvergeon, ex-présidente d’Areva. En 2010, l’Inde avait délivré une autorisation environnementale pour ce projet. Enfin, en avril 2015, Areva et NPCIL avaient signé un contrat de pré-ingénierie.

La lenteur des négociations fait écho à un contexte difficile. D’une part, depuis l’accident de Fukushima en 2011, il y a une forte opposition locale au projet de Jaitapur, qui est situé dans une région sismique.

D’autre part, la réorganisation de la filière nucléaire française complique la situation puisque, avec le rachat d’Areva NP par EDF, ce n’est plus Areva qui est en charge des nouveaux réacteurs mais l’électricien français.

Des négociations difficiles

Enfin, les difficultés que rencontrent les EPR en construction à Olikuoto en Finlande (neuf ans de retard) et à Flamanville (Manche) poussent les Indiens à multiplier les demandes de garanties et à tirer les prix vers le bas.

De son côté, EDF fait valoir que les deux chantiers d'EPR en Chine à Taishan se sont très bien déroulés et qu’ils prouvent la faisabilité de la construction.

"L’objectif des prochains mois sera de poursuivre la préparation, commencée par Areva et NPCIL en avril 2015, de la certification du réacteur EPR en Inde par l’autorité de sûreté indienne et de finaliser les conditions, notamment économiques et financières, et les spécifications techniques du projet", annonce EDF dans un communiqué.

Eolien et villes intelligentes

C’est un nouveau dossier important sur la table du PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy. Dans un premier temps, celui-ci doit déjà finaliser la décision d’investissement pour construire deux EPR en Angleterre à Hinkley Point. Un projet à 24 milliards d’euros, dont 16 milliards pour EDF, qui fait grincer des dents jusque chez l’électricien lui-même. Une assemblée générale chez EDF, mercredi 26 janvier, devait statuer sur ce dossier. Mais la décision pourrait être reportée.

En parallèle des négociations nucléaires, EDF a également signé un accord dans l’éolien pour que sa filiale EDF EN prenne 50 % de la société SITAC Wind Management and Development Private Limited, qui a plusieurs projets de développement sur le sous-continent. Enfin, l’électricien a signé un accord de collaboration avec la société publique Engineering Projects India dans le domaine des villes intelligentes.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle