Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

François Hollande baptise la BPI et annonce des assises de l’entreprenariat

, , , ,

Publié le

En visite dans l’entreprise Radiall à Château-Renault (Indre-et-Loire), le président de la République a détaillé les grandes lignes du pacte de compétitivité. Il en a profité pour révéler le nom de la Banque publique d’investissement récemment créée, BPI France, et pour annoncer la mise en place d’assises de l’entreprenariat au premier trimestre 2013.

François Hollande baptise la BPI et annonce des assises de l’entreprenariat © D.R.

Reçu par Pierre Gattaz, le PDG de Radiall, sur son site de Château-Renault, François Hollande a fait un discours pour expliquer les grandes mesures du pacte de compétitivité. Au sein de cette entreprise de 2 500 salariés, spécialisée dans les composants électroniques pour l‘aéronautique et les télécommunications, le président a tout d’abord défini les trois secteurs sur lesquels, "en mobilisant tous les moyens, nous pouvons être premiers de la classe : la transition énergétique, la santé et l’économie du vivant et les technologies génériques (numérique, électronique, telecom, numérique)".

D’après François Hollande, c’est en concentrant nos efforts sur des secteurs clefs (comme l’avaient fait De Gaulle et Pompidou sur le nucléaire et l’aéronautique), que nous atteindrons le "cap industriel" nécessaire à notre pays.

"Il n’y a pas d’industrie dépassée, a-t-il lancé, il n’y a que des technologies qui sont passées."

Pour faire émerger l’excellence française, le président de la République a rappelé le rôle de la Banque publique d’investissement dont il a annoncé le nom : BPI France. Les 40 milliards d’euros dont elle sera dotée viendront soutenir les entreprises et financer les projets innovants. Il a ajouté que "les pôles de compétitivité seront évalués, et concentrés" et que l’investissement du grand emprunt sera "mis en place plus rapidement que ce qu’il ne l’était jusqu’alors".

François Hollande a ensuite souligné l’importance de la négociation emploi qui a lieu en ce moment. "Face à la mondialisation, nous devons nous mettre en situation d’être compétitif et ce sans baisser les salaires", a-t-il indiqué. Tel est tout l’enjeu de la négociation emploi : "lever la double peur, celle du salarié d’être licencié, celle du chef d’entreprise quand il embauche sans savoir de quoi demain sera fait". Pour lui, les partenaires sociaux doivent aboutir à un accord offrant à la fois plus de sécurité et plus de flexibilité.

Afin de diminuer le poids des réglementations qui pèsent sur l’entreprise, François Hollande a promis que "pour toute nouvelle disposition législative, une évaluation sur son impact en matière de compétitivité serait réalisée".  Si l’impact est négatif, l’Etat compensera. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l'emploi servira lui à faire baisser le coût du travail "dès 2013".

Ce crédit d’impôt compétitivité viendra s’ajouter au crédit d’impôt recherche que le président a promis de conserver inchangé jusqu’à la fin de son quinquennat. Il en sera de même pour la contribution économique territoriale, les dispositifs en faveur des investissements, le régime des pactes d’actionnaires et les incitations aux jeunes entreprises innovantes, "car les entreprises ont besoin de stabilité dans les prélèvements".

Pour conclure, François Hollande s’est dit "confiant pour l’avenir". Il appelle les entreprises, petites et grandes, ainsi que les banques, à travailler ensemble afin de favoriser les exportations. Et pour "promouvoir l’industrie, intéresser les jeunes, souligner les innovations et favoriser la création d’entreprise", il a annoncé que le Ministère du redressement productif organiserait des Assises de l’entreprenariat au premier trimestre 2013.

Charles Foucault

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle