François Hollande affirme sa confiance dans l'industrie

Tout juste rentré des Antilles, François Hollande, s'est rendu en Moselle pour visiter des sites sidérurgiques. La région sinistrée, où plane le spectre de l'usine d'Arcelorittal à Gandrange, a donné l'occasion au candidat socialiste à la présidentielle et à Martine Aubry de rappeler leurs propositions pour l'industrie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

François Hollande affirme sa confiance dans l'industrie

"Nous avons confiance dans l'industrie", a commencé, mardi 17 janvier après-midi, François Hollande, au milieu de l'atelier de l'usine d'Akers, à Thionville (Moselle). Tout un symbole, pour le candidat socialiste qui a choisi ce site de production de cylindres de laminoirs pour la sidérurgie, situé à quelques dizaines de kilomètres de Gandrange et du site en difficulté d'ArcelorMittal, justement parce que la pérennité du site vient d'être confirmée. Le groupe suédois Akers a en effet consenti un investissement de 7 millions d'euros, en septembre 2011, pour étendre son site. Et préserver une dizaine d'emplois.

"Si nous sommes venus ici, ce n'est pas pour marquer un attachement sentimental à l'industrie, que je peux comprendre, mais pour marquer un attachement à une politique industrielle", a-t-il repris. Le candidat socialiste a profité de sa visite en Moselle pour donner des pistes sur son prochain programme, qu'il devrait dévoiler plus largement le 22 janvier prochain, lors de son meeting au Bourget.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il a notamment rappelé son projet de Banque publique d'investissement, qui permettrait, en région, de financer les filières stratégiques. De même que l'appel à une épargne orientée vers l'industrie. La fiscalité a enfin été sollicitée. "La fiscalité doit être aménagée pour favoriser l'innovation et la recherche, a-t-il souligné. De ce point de vue, nous élargirons encore le Crédit impôt recherche."

Venu chez Akers pour rencontrer les salariés, François Hollande a tenu à faire un clin d'œil aux 35 heures. D'autant que Martine Aubry, la première secrétaire du Parti Socialiste, faisait partie du déplacement. "Une personne qui nous accueillait dans l'entreprise lui [Martine Aubry] a dit merci pour les 35 heures", s'est-il amusé avant de tacler la mesure gouvernementale de TVA sociale.

"Laisser croire qu'en faisant une opération de Mistigri en baissant les cotisations patronales et en augmentant la TVA, on va mettre les entreprises à un niveau de compétitivité suffisant, on se trompe, a-t-il martelé. C'est une recette illusoire qui aboutirait à ce que ce soient les français qui payent plus d'impôts, au détriment de la consommation."

François Hollande s'est aussi rendu à Gandrange, afin de rencontrer les organisations syndicales locales. Quatre ans après la visite de Nicolas Sarkozy sur le site d'ArcelorMittal, passé de près de mille salariés en 2008 à 380 aujourd'hui, le candidat à la présidentielle a tenu à marquer à son tour le site sinistré.

"Je crois que nous aurons toujours besoin de la sidérurgie, car toute l'industrie en a besoin", a rappelé Martine Aubry. Les organisations syndicales l'attendaient de pied ferme sur le parvis de la mairie de Gandrange.

"Nous attendons que François Hollande nous fasse des propositions pour la réindustrialisation de la France", a résumé Xavier Le Coq, secrétaire national à l'industrie de la CFE-CGC et élu du site de Florange. Le syndicat a justement l'intention d'envoyer à tous les candidats une lettre pour connaître en détail leurs intentions sur l'industrie.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS