François Baroin succède à Christine Lagarde

Le très chiraquien François Baroin et l'ex-villepiniste Bruno Le Maire luttaient pour obtenir le poste prestigieux de Bercy à l'occasion du départ de Christine Lagarde au FMI. C'est finalement le ministre du Budget qui hérite du maroquin très disputé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

François Baroin succède à Christine Lagarde

Dans l'ordre des choses de ce 5e remaniement, François Baroin prend les commandes du ministère de l'Economie, des Finances, et de l'Industrie, tandis que sa place au Budget est allouée à Valérie Pécresse. Du même coup, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche laisse, elle, sa place à Laurent Wauquiez. Voilà pour l'essentiel des chaises musicales de ce nouveau gouverment Fillon.

L'annonce de la nomination de François Baroin par l'Elysée cet après-midi du 29 juin n'est pas une surprise. La rumeur sur le sujet enflait depuis plusieurs heures déjà. Et l'homme, dans la guerre qui l'opposait à Bruno Le Maire, avait un avantage certain en qualité de ministre du Budget. Ses nouvelles fonctions lui donnent une nouvelle stature.

Journaliste, avocat et politique, François Baroin a connu plusieurs vies professionnelles. Sa carrière a été amorcée grâce à son père, Michel Baroin. Grand maître du Grand Orient de France, il disposait de relations étendues. Un réseau dont son fils a su tirer parti.

Dès ses 22 ans, François Baroin devient ami avec Edgar Faure qu’il aide à organiser le Bicentenaire de la révolution. Plus tard, en 1987, Jacques Chirac le prend sous son aile. Le Premier ministre en cohabitation sous Mitterand, lui présente alors un de ses amis : Jean-Pierre Elkabbach. Avec ses multiples diplômes en poche, deux DESS notamment, et ce contact, il devient rapidement journaliste politique à Europe 1.

Il quittera ce poste et le métier pour se lancer dans la politique, à l’échelle locale d’abord. En 1993, il devient député de l’Aube et est par la même occasion le plus jeune élu de l’hémicycle. Puis, toujours dans les cercles chiraquiens, il bénéficie de l’élection de son protecteur en 1995. François Baroin est alors chargée de mission à l’Elysée et commence à prendre de la place au sein du RPR puis de l’UMP.

Toujours sous la présidence de Chirac, il est nommé ministre d’Outre-Mer en 2005. Puis en 2007, il remplace Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur alors que ce dernier est sacralisé à la tête de l’UMP et part à la conquête des présidentielles. Un parcours au gouvernement qui ne l’empêche pas de garder son ancrage local : il est réélu dans l’Aube et garde sa place de Maire de Troyes qu’il occupe depuis 1995.

Cette stratégie lui permettra de garder la tête haute alors que Nicolas Sarkozy éloigne de son gouvernement ce chiraquien de la première heure. Puis, à la faveur du remaniement qui suit l’échec de la droite aux régionales de 2010, il est nommé au ministère du Budget. Sous la tutelle de Christine Lagarde, il gére le budget dans un double mouvement de relance et de rigueur. Mais surtout, il connaît désormais très bien les couloirs de Bercy.

Les ministres du remaniement:

François Baroin passe du Budget au poste de ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. Il remplace Christine Lagarde qui va prendre ses fonctions au Fonds monétaire internationale.
François Baroin  est remplacé par la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse.
Laurent Wauquiez devient ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche à la place de Valérie Pécresse.
Le poste de ministre des affaires européennes laissé vacant par Laurent Wauquiez revient au vice-président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean Leonetti.
Par ailleurs, le centriste François Sauvadet devient ministre de la Fonction publique. Ce poste était occupé par Georges Tron, mis en examen pour viols et agressions sexuelles.
Le secrétaire d'État aux Transports Thierry Mariani conserve le même maroquin mais est élevé au rang de ministre auprès de la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.
Le député UMP du Maine-et-Loire Marc Laffineur,centriste, a été pour sa part nommé secrétaire d'Etat à la Défense, en charge des anciens combattants.
L'ancien champion olympique de judo et député UMP des Yvelines David Douillet a fait son entrée au gouvernement au rang de secrétaire d'Etat en charge des Français de l'étranger, un nouveau poste au sein du gouvernement.
Autre apparition dans la nouvelle équipe de François Fillon, la députée UMP d'Indre-et-Loire Claude Greff a été nommée secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot.

 

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS