FRANCHE-COMTÉLE BILAN POSITIF DES CONTRATS DE PROGRÈSSi l'horlogerie a peu tiré parti de son contrat de progrès, le jouet et la lunetterie sont satisfaits du leur. Les sous-traitants de l'automobile pourraient en signer un.

Partager

FRANCHE-COMTÉ

LE BILAN POSITIF DES CONTRATS DE PROGRÈS

Si l'horlogerie a peu tiré parti de son contrat de progrès, le jouet et la lunetterie sont satisfaits du leur. Les sous-traitants de l'automobile pourraient en signer un.



L'horlogerie : du classique

Première à bénéficier, dès 1989, d'un contrat de progrès, l'industrie horlogère n'en a pas tiré grand profit. L'absence d'initiative collective des professionnels a conduit les Pouvoirs publics à en mettre en place un second, début 1992. Sans plus de succès. Seule réalisation concrète : une étude sur l'état de santé de l'horlogerie franc-comtoise. Pour le reste, les aides destinées à améliorer les fonds propres des entreprises ont simplement reproduit les procédures classiques de soutien aux PME-PMI.

Le jouet mise sur la recherche

L'association qui regroupe les vingt-cinq industriels du jouet du Jura devrait signer en avril un nouveau contrat de progrès avec le Conseil régional et l'Etat. Cela en vue de l'agrandissement des locaux du Laboratoire national d'essais, qui acquièrent aussi de nouveaux équipements. Cette antenne, les fabricants de jouets l'utilisent pour affiner la mise au point de leurs futurs produits. Vilac (35personnes et 20millions de francs de chiffre d'affaires uniquement dans le jouet en bois)fait systématiquement appel à elle pour chacune de ses créations. Grâce à elle également, Favre a réussi à mettre au point, après une série de tests, un "porteur" pour très jeunes enfants doté d'un avertisseur sonore et d'un allume-phares. Sans oublier Magic Plastic, de Smoby, une matière plastique entièrement recyclable qui remplace la traditionnelle pâte à modeler, invention brevetée après plus d'une année de recherche. Si l'antenne du Laboratoire national d'essais - dont la mission est triple: assurer une veille technologique constante, suivre l'évolution des normes à l'exportation, tester les prototypes - s'est installée en 1991 dans la Maison du jouet de Morians-en-Montagne, c'est dans le cadre de l'action collective, baptisée contrat de progrès et financée par le contrat du plan Etat-Région. Une opération que les industriels jugent donc tout à fait positive.

Lunetterie : la qualité pour exporter plus

La lunetterie, vient de signer un second contrat de progrès, destiné notamment à financer un poste d'ingénieur chef de projet. Son action pour l'ensemble du secteur permettra de recenser les différents besoins d'études des industriels, notamment à l'export, de les faire réaliser et d'en assurer le suivi. Il prévoit aussi de soutenir les trente-quatre entreprises de toute la filière, épaulées par l'Institut de recherche et de développement de la qualité (IRDQ) de Besançon, qui viennent de s'engager sur une démarche qualité avec pour objectif la création d'un label "Lunettes du Jura". "80% des défauts de fabrication proviennent d'un manque de concertation entre fabricants et sous-traitants", souligne Maurice Maison, directeur général adjoint chez Bourgeois, une PME de 455salariés qui réalise 155millions de francs de chiffre d'affaires consolidé, dont 70 dans la monture optique. Et pour cette grande première, chacun des participants ne perd pas de vue l'objectif de certification ISO9000. Alors qu'ils font face à de vigoureuses concurrences italienne et asiatique, les lunetiers du Jura trouvent dans le contrat de progrès, financé par l'Etat, le Conseil régional et le département du Jura une aide précieuse. Il a favorisé la création, en 1992, d'un laboratoire d'essais et de mesures. Implanté à Morez, sa mission consiste à tester la conformité des produits aux normes européennes. Autre retombée: le Centre de perfectionnement lunetier, mis sur pied en 1990 par le Syndicat professionnel des lunetiers et le Greta du Haut-Jura. Après avoir dispensé une formation spécifique pour les mécaniciens- outilleurs, l'établissement s'oriente vers des formations plus génériques, destinées à toutes les catégories de personnel.

Sous-traitance automobile : améliorer ensemble la productivité

Pas encore de contrat de progrès pour les sous-traitants franc-comtois de l'automobile, regroupés dans le bassin de Montbéliard et travaillant pour PSA. Mais le Conseil régional de Franche-Comté envisage de leur en proposer un. Déjà il a décidé d'aider (750000francs en trois ans) l'association qu'une quinzaine d'entre eux viennent de créer. Sur ces sous-traitants, PSA exerce une forte pression. A ceux de premier rang, il a demandé une réduction des prix de 5% par an sur trois ans. De plus, la Sogedac, centrale d'achats du constructeur d'automobiles, escompte à terme que ses principaux équipementiers deviennent de véritables concepteurs et fabriquent eux-mêmes des éléments entiers d'un véhicule.D'où la création de l'association baptisée Europerf. Son but: aider les entreprises adhérentes à se réorganiser, mais aussi à se diversifier. Le Conseil régional de Franche-Comté a donné comme condition à sa subvention qu'Europerf offre également ses services aux sous-traitants de second rang. Et le contrat de progrès pourrait concerner l'ensemble du secteur. Didier HUGUE



Le poids des quatre grands secteurs de la région

Horlogerie

93entreprises employant 4900salariés, et réalisant 2,2milliards de francs de chiffre d'affaires, dont 78% à l'exportation (source 1993).

Jouet

25entreprises, dont plus de la moitié dans le bassin de Saint-Claude, 1900salariés, 27% du chiffre d'affaires national, soit 1,3 milliard de francs.

Lunetterie

une quarantaine d'entreprises employant près de 3000 salariés, 7,6millions de pièces produites, un chiffre d'affaires de 1,34milliard de francs, dont 46% à l'exportation.

Sous-traitance automobile

70entreprises et établissements, dont 30 de plus de 50salariés et 13PMI indépendantes. Le principal employeur (Ecia) compte 3700personnes dans plusieurs établissements.

USINE NOUVELLE N°2496

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS