Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Franche-Comté : Temis se dédouble et mise sur la santé

, ,

Publié le

Bioparc, Établissement français du sang, Institut régional de cancérologie… Le pôle santé de Besançon est en pleine expansion.

(DR.)

Reconnue naguère comme capitale française de l’horlogerie, Besançon (Doubs) n’a rien perdu de son savoir-faire en matière de haute précision. Le parc scientifique et industriel Temis Microtechniques en est la preuve. Situé au nord-ouest de la ville, il forme un pôle d’excellence de 130 hectares centré sur les micro et nanosystèmes. Temis veut désormais se doter d’un second pôle, plus au sud, à l’entrée ouest de la ville : Temis Santé. La communauté d’agglomération du Grand Besançon qui finance et pilote son aménagement veut "rassembler les acteurs de la recherche médicale aux compétences reconnues mais morcelées", explique Bruno Favier, le directeur de Temis.

Ces autres écosystèmes

Montbéliard (Doubs) Aux portes de l’usine PSA, Technoland II, l’extension de la zone Technoland arrivée à saturation, s’étendra à terme sur 85 hectares. Il accueillera en 2017 un atelier Hermès (200 salariés).

Gare de Belfort-Montbéliard (Territoire de Belfort) Le parc d’innovation La Jonxion, autour de la nouvelle gare TGV, est ouvert depuis mars. Start-up du numérique, bureaux d’études… Le centre d’affaires accueille 35 entreprises.

Lure (Haute-Saône) Implanté sur un ancien aérodrome de l’Otan, Aremis compte 130 hectares cessibles, dont 45 sont aménagés. Le consortium Car2Road, spécialiste des systèmes de mobilité intelligents, y dispose d’une piste d’essais où 50 véhicules peuvent être testés simultanément.

Dole (Jura) Créé en 2009, Innovia s’étend sur 70 hectares dont 55 cessibles. Ce parc dédié aux éco-activités et technologies du développement durable concentre aujourd’hui 200 emplois.

Lancé cette année, ce projet de création d’un technopôle santé baptisé Bio Innovation comprend plusieurs éléments. Un pôle santé, déjà en place, regroupe le CHRU Jean Minjoz et l’Établissement français du sang (EFS) Bourgogne-Franche-Comté. Fin 2015 s’ajoutera l’Institut régional de cancérologie. Le campus universitaire, avec 5 800 étudiants en médecine et pharmacie, constitue le second élément. Enfin, un pôle d’activités et un pôle de recherche-développement sont en projet.

Principal théâtre de la recherche, l’université Franche-Comté et l’EFS forment avec l’Inserm l’unité mixte de recherche UMR 1098. Elle draine 100 chercheurs qui travaillent sur les médicaments de thérapie innovante et les dispositifs médicaux combinés, actifs ou intelligents. En lien avec les entreprises, l’EFS met à disposition ses laboratoires. Plusieurs spin-off en sont issues. C’est le cas de TxCell, fondé à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes) en 2001, qui a installé son site à Besançon en 2013 où il met au point le médicament Ovasave, basé sur l’immunothérapie cellulaire personnalisée pour traiter des maladies inflammatoires et auto-immunes chroniques. La société compte aujourd’hui 67 salariés dont 34 à Besançon. Des innovations qui sont le résultat d’un lent processus, lourd en investissements : TxCell a levé près de 58 millions d’euros en treize ans.

Un investissement de 7 millions d’euros

Un bâtiment dédié aux PME est en cours de construction. Sur 3 000 m2 et quatre niveaux, Bioparc comprendra une plate-forme biologique, des bureaux, une salle blanche ouverte aux entreprises et chercheurs. Pour le docteur Pascal Morel, directeur de l’EFS Besançon, ces équipements sont "nécessaires pour accompagner les essais cliniques et créer les conditions d’obtention de résultats rapides". Achevée, la première tranche (2 000 m2) est presque saturée, la seconde sera livrée en 2017. L’ensemble représente un investissement de 7 millions d’euros.

Situé en périphérie de Besançon, Temis Santé bénéficie de l’arrivée récente du tramway. Un programme d’aménagement urbain prévoit de construire alentour quelque 1 200 logements, un peu moins de 500 sont d’ores et déjà sortis de terre. Il manque encore des commerces et des services pour en faire un vrai lieu de vie et de travail…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle