France Télécom veut conserver ses parts d'Everything Everywhere

MARSEILLE (Reuters) - France Télécom n'a pas l'intention dans l'immédiat de se désengager de sa coentreprise britannique Everything Everywhere, le premier opérateur mobile local, a déclaré jeudi le PDG de l'opérateur français Stéphane Richard.

Partager

Selon la presse britannique, la coentreprise de France Télécom avec Deutsche Telekom en Grande-Bretagne pourrait être la cible d'une offre de rachat de 8 milliards de livres (9,9 milliards d'euros).

L'ancien directeur général de la Joint Venture (JV), Tom Alexander, est à la manoeuvre et a pris contact avec plusieurs sociétés de capital-investissement dont KKR, CVC et Providence, ont dit à Reuters plusieurs sources qui se sont toutefois montrées circonspectes sur les chances d'aboutissement du projet.

"Nous avons une JV avec Deutsche Telekom en Angleterre. Nous sommes contents de ce qu'elle fait, nous sommes contents de son fonctionnement, nous sommes contents de son management, nous n'avons pas de problème avec cette JV", a déclaré Stéphane Richard à des journalistes en marge d'un déplacement à Marseille, la ville-pilote choisie par l'opérateur pour le déploiement de son réseau "4G".

"Les allemands aussi sont contents d'être là, ils ne souhaitent pas vendre. Nous ne souhaitons pas vendre", a-t-il ajouté.

Prié de dire s'il avait reçu une offre de la part de Tom Alexander, le PDG a répondu par la négative, ajoutant qu'"il y avait beaucoup d'agitation autour de pas grand-chose".

"S'il y a un projet qui fait sens qui nous est présenté, bien sûr, on le regardera ; ce n'est pas pour cela qu'on l'acceptera. Mais, au jour d'aujourd'hui, on n'est pas vendeur d'Everything Everywhere, ni nous, ni les Allemands, ni les deux", a-t-il poursuivi.

Gwénaëlle Barzic, édité par Dominique Rodriguez

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS