France Télécom et trois ex-dirigeants menacés de poursuite après la vague de suicides

Le parquet demande le renvoi en correctionnelle de Didier Lombard, de son ex-bras droit et de l’ex-DRH de France Télécom pour harcèlement moral.

Partager

Si le procureur de la République de Paris est suivi par les juges, ce sera une première : l’entreprise France Télécom (devenue Orange), en tant que personne morale, et trois hauts dirigeants, seraient poursuivis pour harcèlement moral. Le parquet demande aussi de renvoyer en correctionnelle quatre autres cadres, pour complicité de harcèlement moral.

Il est rare que la justice mette en cause des responsables d’entreprise, pour des faits mis en œuvre par les supérieurs directs des salariés. France Télécom a été la première entreprise du CAC 40 mise en examen pour des faits de harcèlement moral. Un procès serait une première pour des faits de harcèlement touchant autant de salariés. Selon Le Monde, qui a eu accès au dossier, le parquet estime avoir "pléthore" de preuves de harcèlement, une "politique d’entreprise visant à déstabiliser les salariés et agents et à créer un climat anxiogène", selon le réquisitoire cité par la CFE-CGC.

Soixante suicides en trois ans

En 2006, la direction de l’entreprise se fixe pour objectif de faire partir 22 000 salariés (sur 110 000) et de faire changer de poste 14 000 autres, en trois ans. Cela se fera "d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte", déclare élégamment le PDG d’alors, Didier Lombard. Suivent des années de pressions, de méthodes visant au découragement des salariés, pour qu’ils quittent l’entreprise. Bilan : soixante personnes se suicident en trois ans, dont trente-cinq en 2008 et 2009. Les syndicats Sud et CFE-CGC portent plainte en 2009.

Sébastien Crozier, responsable de la CFE-CGC de l’entreprise, qui a beaucoup porté le combat contre les méthodes de la direction, ne se satisfait pas de la qualification de harcèlement moral retenue par le parquet, "terriblement réductrice" selon lui. Il demande aux magistrats instructeurs un renvoi en correctionnelle pour "mise en danger de la vie d’autrui et homicide involontaire".

En plus de Didier Lombard, seraient poursuivis le numéro deux de l’époque Louis-Pierre Wenes et l’ex-DRH Olivier Barberot. Les juges d’instruction devraient faire connaître leur décision – de poursuite ou non, et pour quelle qualification - d’ici quelques semaines.

Cécile Maillard

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    ORANGE
ARTICLES LES PLUS LUS