France: Semaines à venir:Finances.Secteurs.MondeL'activité va se calmerLa croissance ne peut que ralentir, parce que la cadence de la reprise au premier semestre (15% dans l'industrie) n'est pas tenable.

Partager

France: Semaines à venir:Finances.Secteurs.Monde

L'activité va se calmer

La croissance ne peut que ralentir, parce que la cadence de la reprise au premier semestre (15% dans l'industrie) n'est pas tenable.



La récession a été plus profonde en France que chez nos partenaires, mais elle est effacée. Avec l'arrêt du déstockage et la "prime à la casse", l'activité s'est rapidement retournée en début d'année. La production manufacturière a progressé de 15% l'an au premier semestre. Et elle s'est littéralement envolée dans les biens intermédiaires et l'automobile. Mais l'expansion ne peut se poursuivre à ce rythme. Ce coup de fouet passé, la croissance va ralentir. Ainsi, après un premier semestre éclatant, la seconde partie de l'année paraîtra beaucoup plus terne. Une rechute est cependant exclue, car les signes d'un redémarrage de l'investissement se multiplient. Le taux d'utilisation des capacités de production est remonté à 83,2% en juillet - un niveau proche de celui de longue période -, les commandes des grossistes en biens d'équipement progressent fortement et les importations de machines s'accélèrent. La production de matériel électrique et électronique s'est sensiblement redressée en juin, alors qu'elle était plate depuis le début de l'année. Mais la reprise des investissements sera lente, car pour la majorité des entreprises le désendettement demeure prioritaire. Et pour les PME qui souhaiteraient passer à l'acte, les difficultés à surmonter pour obtenir les crédits nécessaires font l'effet d'une douche froide, sans parler de la récente remontée des taux à long terme (prohibitifs compte tenu de la quasi-disparition de l'inflation). Par ailleurs, la consommation des ménages ne se dégèle pas. Hors automobiles, les achats en produits manufacturés n'ont pas décollé pendant les vacances. La rentrée sera meilleure. Avec l'allègement de l'impôt sur le revenu (13 milliards de francs) et la reconduction du triplement de l'allocation de rentrée scolaire (6 milliards de francs), le gouvernement espère attirer les ménages dans les magasins. D'autant plus que la légère amélioration de l'emploi contribue à redresser leur moral. Mais si les Français se montrent plus confiants, ils sont aussi plus économes qu'auparavant. Un comportement qui ne devrait guère s'infléchir dans les prochains mois, alors que les hausses de salaires seront faibles (2,5% sur un an). Au total, même si les exportations restent dynamiques et déclenchent (à l'allemande) des investissements, le ralentissement de l'activité est programmé.

B. M.



CHIFFRES CLÉS DE 1994

Prévisions 1994: Accroissement en volume et en %

PIB marchand + 2,0

Importation + 4,0

Consommation + 1,6

Investissement des entreprises - 1,5

Exportations + 3,0

Hausse des prix à la consommation en fin d'année + 1,8



USINE NOUVELLE - N°2469 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS