FRANCE-IRAK : LES DÉBUTS DE L'APRÈS-EMBARGO

Partager

FRANCE-IRAK : LES DÉBUTS DE L'APRÈS-EMBARGO



Des journées franco-irakiennes devraient se réunir à Bagdad avant la fin février. Selon Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, une "section d'intérêts français" sera ouverte à l'ambassade de Roumanie dans la capitale irakienne. Des contacts ont été maintenus entre industriels français et irakiens depuis la fin de la guerre du Golfe. Comme leurs concurrents américains, japonais et européens, les pétroliers français se sont placés pour exploiter les gisements du sud de l'Irak, qui représentent près du dixième des réserves mondiales. Les négociations avec Elf et Total seraient très avancées. Pour participer à la reconstruction de l'économie irakienne, les groupes français du B-TP, du traitement des eaux, de production d'électricité, de matériels ferroviaires et les constructeurs d'automobiles seraient aussi en discussion avec l'Irak. Renault, Citroèn, Schneider, EdF avaient, en juin dernier, rencontré des responsables irakiens à l'occasion d'une visite en Jordanie d'une délégation du CNPF. La levée des sanctions à l'encontre de Bagdad, dont la conséquence première serait de déprimer encore plus les cours pétroliers mondiaux, ne devrait pas intervenir avant six mois au moins.





USINE NOUVELLE N°2485

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS