Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

France: Déficit public plus faible que prévu en 2018

Publié le

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France a diminué plus que prévu l'an passé à la faveur notamment d'une progression des dépenses (hors crédit d'impôt) inférieure à l'inflation, selon les données publiées mardi par l'Insee qui a par ailleurs revu en légère hausse le rythme de croissance de l'économie.

France: Déficit public plus faible que prévu en 2018
Le déficit public français a atteint l'an passé l'équivalent de 2,5% du produit intérieur brut (PIB), en baisse de 0,3 point sur un an, et reste ainsi dans les clous du pacte de stabilité européen avant une remontée déjà programmée au-dessus du seuil de 3% en 2019, selon les données publiées mardi par l'Insee. /Photo d'archives/REUTERS/Leonhard Foeger
© LEONHARD FOEGER

Les entreprises citées

Le déficit a atteint l'an passé l'équivalent de 2,5% du produit intérieur brut (PIB), en baisse de 0,3 point sur un an, et reste ainsi dans les clous du pacte de stabilité européen avant une remontée programmée au-dessus du seuil de 3% en 2019.

Quant à la croissance moyenne sur l'année 2018, elle atteint 1,6%, soit 0,1 point de plus que dans les précédentes estimations, même si la marque du seul 4e trimestre a été confirmée à +0,3%.

L'Insee a fait état dans le même temps d'une stabilité de la dette publique française rapportée au PIB et ce pour la première fois depuis 2006, à hauteur de 98,4%.

La dette publique a néanmoins progressé de 56,6 milliards d'euros l'an passé, pour atteindre 2.315,3 milliards d'euros.

Le déficit 2018 est le plus faible depuis 2006 en proportion du PIB et est inférieur au niveau indiqué (2,7%) dans la loi de finances pour 2019 votée à la fin de l'an passé.

Dans un communiqué, les ministres Gérald Darmanin (Comptes Publics) et Bruno Le Maire (Economie et Finances) se félicitent de ces chiffres qui "démontrent la crédibilité de la stratégie du gouvernement pour améliorer les comptes publics".

OBJECTIFS DÉPASSÉS

"Nos objectifs en matière de dépense publique ont été systématiquement respectés et même dépassés", déclarent-ils, "pour la première fois depuis plus de 10 ans, nous avons réussi à la fois à baisser les prélèvements obligatoires, à baisser les dépenses publiques, à baisser le déficit public et à stabiliser la dette publique."

S'agissant de la croissance 2018, ils relèvent qu'elle ressort proche des prévisions initiales du gouvernement (1,7%) en tenant compte de l'impact du mouvement des "Gilets jaunes" sur l'activité, que l'Insee a estimé à -0,1 point.

En volume, le déficit public 2018, qui agrège les soldes des comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de Sécurité sociale, a atteint 59,6 milliards d'euros contre 63,6 milliards un an plus tôt.

Sa principale composante, le budget de l'Etat, a progressé à 69,9 milliards d'euros contre 66,1 milliards un an plus tôt, sous l'effet du coût des baisses de prélèvements obligatoires mises en oeuvre l'an dernier, dont la diminution de la taxe d'habitation, de l'impôt sur les sociétés ainsi que des cotisations salariales.

A l'inverse, la Sécurité sociale a vu son excédent doubler (10,7 milliards après 5,3 milliards). Les collectivités locales ont dégagé elles aussi un solde positif (+2,3 milliards après +1,6 milliard) pour la troisième année consécutive.

Les dépenses publiques ont augmenté globalement de 1,9% l'an passé, après 2,3% en 2017. Hors crédit d'impôt, leur évolution (+1,3%) a été inférieure à l'inflation (+1,8%).

RECETTES EN HAUSSE

La hausse des seules dépenses de fonctionnement a ralenti à 1,4% contre 2,6% en 2017, avec le retour au gel du point d’indice de la fonction publique.

Les dépenses totales ont atteint 56,0% de la richesse nationale l'an passé, soit 0,4 point de moins qu'en 2017.

Les recettes ont progressé parallèlement de 2,3% (contre +3,8% en 2017), avec notamment une hausse de 6,2% des impôts sur le revenu et le patrimoine liée notamment au relèvement de la CSG, une progression de 4,3% des impôts sur les produits et la production et un recul de 1,7% des cotisations sociales perçues.

Le taux de prélèvements obligatoires a diminué à 45,0% du PIB par rapport au record de 45,2% enregistré un an plus tôt.

Le déficit public de la France s'inscrit sous 3% du PIB pour la deuxième année consécutive, une première depuis dix ans anticipée par la Commission européenne, qui avait abandonné dès le printemps 2018 la procédure pour déficit excessif entamée à son encontre.

Mais il dépassera à nouveau ce seuil dès 2019 du fait de l'impact, estimé à 0,9 point de PIB, de la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi en baisse de charges.

Le gouvernement a prévu qu'il s'élèverait cette année à 3,2% du PIB, en lien avec l'annonce en décembre d'une série de mesures d'urgence pour répondre au mouvement des "Gilets jaunes" d'un montant de dix milliards d'euros et la révision à la baisse plus récente de la croissance attendue en 2019.

Il actualisera en conséquence la trajectoire des finances publiques dans le programme de stabilité qu'il doit envoyer le mois prochain à l'exécutif européen.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle