Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

France Champignon : la restructuration coûtera plus de 300 postes

, , ,

Publié le

France Champignon a présenté à ses salariés les grandes lignes de son plan de restructuration. L'usine de Châtellerault (Vienne), spécialisée dans les produits appertisés, doit donc être fermée à l'automne. Avec les départs en FNE et 73 emplois créés sur les trois autres sites industriels, le groupe compte réduire à 65 le nombre de licenciements secs. 23 emplois sont offerts à Thouars (Deux-Sèvres), située à 72 kilomètres de Châtellerault.
En amont, le groupe envisage la suppression de 240 postes sur 390 avec la fermeture de 10 caves de culture sur 19 dans les dix-huit mois. Ces caves seront remplacées par des maisons de culture où 150 salariés seulement seront conservés. Elles seront construites près des centres de compostage de Longué-Jumelles, Chacé dans le Saumurois (Maine-et-Loire) et Loudun (Vienne). « Il s'agit là d'investissements qui auraient dû être réalisés voici quinze ans », indique Bernard Puraye, le directeur du groupe. France Champignon table sur 72 départs FNE sur cette activité.
La suppression des autres caves interviendra progressivement par la suite. Bernard Puraye indique que la disponibilité des fonds selon l'accord annoncé en mars 2004, est prévue pour le 30 juin. L'accord prévoit de mobiliser près de 70 millions d¹euros. France champignon emploie 2 200 salariés auxquels s'ajoutent 1 000 salariés chez les coopérateurs.
Emmanuel Guimard


 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle