France-Allemagne : la deuxième économie du monde

A trop regarder de l’autre côté du Rhin, notre pays rêve de transformer le « Made in France » en un nouveau « Made in Germany ». Ce n’est ni possible, ni souhaitable. Et ce n’est sûrement pas pour cette fascination que la France est l’invitée d’honneur du plus grand salon industriel du monde, la Foire de Hanovre*.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

France-Allemagne : la deuxième économie du monde

De son puissant voisin, la France envie tout. Sa rigueur financière, sa fiscalité réputée plus avantageuse, son coût du travail présumé plus faible, sa productivité évidemment bien meilleure, ses machines-outils qui s'exportent si bien, son Mittlestand, ces fameuses entreprises de taille intermédiaire qui nous feraient tant défaut... La litanie pourrait ainsi être égrenée sans fin en y ajoutant la qualité des produits allemands ou sa puissance en matière d’innovation.

A trop regarder de l’autre côté du Rhin, notre pays rêve de transformer le « Made in France » en un nouveau « Made in Germany ». Ce n’est ni possible, ni souhaitable. Et ce n’est sûrement pas pour cette fascination que la France est l’invitée d’honneur du plus grand salon industriel du monde, la Foire de Hanovre qui se tient cette semaine. Bien au contraire. On ne l’entend pas assez, on ne le voit pas assez mais, de Hambourg à Munich, de Berlin à Francfort, la France fascine. Comme le souligne Roland Tichy, le directeur de la rédaction du magazine Wirtschafts Woche, les Allemands envient notre expertise dans le nucléaire, notre capacité à créer de grands programmes d’infrastructures comme le TGV ou notre talent pour l’aéronautique...

Comparer les avantages compétitifs de nos deux pays est riche d’enseignements. C’est ce que nous avons voulu faire avec nos confrères du magazine allemand Wirtschafts Woche. En croisant nos reportages, nos enquêtes, nos regards, nous avons voulu prendre le pouls du couple franco-allemand. De cet exercice, les deux pays ne ressortent pas en concurrents frontaux mais plutôt comme des alliés. Des partenaires liés indéfectiblement par un avenir et des intérêts communs. Il est bon de le rappeler : la France demeure (depuis 50 ans !) le premier partenaire commercial de l’Allemagne, et vice versa. Les échanges entre Paris et Berlin ont pesé 150 milliards d’euros en 2010. Ceux entre Berlin et Paris, 120 milliards.
Comme le ministre allemand de l’Economie, nous devons donc apprendre à nous réjouir des succès de l’un et de l’autre. Tout simplement parce qu’ils sont bons pour les deux côtés du Rhin. Egalement parce qu’ils font de nos deux pays une puissance de premier plan. Ensemble, la France et l’Allemagne ont engendré (et mené au sommet) le seul concurrent capable de rivaliser avec Boeing : Airbus. Ensemble, ils créent 36 % de la richesse produite dans l’Union européenne. Ensemble, ils occupent la première place du palmarès des exportateurs. Ensemble, nos deux pays constituent la deuxième économie mondiale. Derrière les Etats-Unis mais devant la Chine. C’est prometteur, non ?

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS