Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Fralib : "Unilever reprend les négociations"

, , , ,

Publié le

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, annonce la tenue prochaine d’une table ronde sur Fralib, avec Unilever, les syndicats et les représentants de quatre ministères… Il est allé à leur rencontre ce vendredi 25 mai, au matin.

Fralib : Unilever reprend les négociations © AFP

"Unilever accepte de revenir à la table des négociations", a promis le 25 mai, Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, devant l’usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), où il rencontrait une délégation de salariés qui occupe l’usine depuis 600 jours. "Une table ronde va se tenir très prochainement entre la direction d’Unilever France, les syndicats de salariés et les représentants de quatre ministères, Redressement productif, Economie, Travail et Agriculture-agroalimentaire", a-t-il ajouté.

Selon Arnaud Montebourg, Unilever s’engage également à ne pas demander à la justice l’exécution de la libération de l’usine au 1er juin, tant que les négociations ne sont pas terminées et à ne pas déménager les machines présentes sur le site.

Lors de cette table ronde plusieurs points seront examinés. Tout d'abord, la solution proposée par les salariés de reprendre à leur compte la marque Elephant, avec la demande qu’Unilever continue à leur acheter et vendre les produits fabriqués par l’usine. Seront aussi discutées les solutions de revitalisation et de reclassement proposée par Unilver, notamment de l’installation d’une usine de fabrication de chips par Sibell et la solution de revalorisation faite par le cabinet Sofred.

Dans le même temps, un médiateur vient d’être nommé en la personne de Michel Bentounsi, le Directeur régional adjoint des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Les salariés présents sur place lors de l’allocution du ministre se sont réjouis qu’Unilever "accepte enfin de venir négocier avec les salariés, chose que le groupe n’avait voulu faire depuis le départ".

Cécile Maillard, envoyée spéciale à Gemenos (Bouches-du-Rhône), et Adrien Cahuzac.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle