Fralib : l'Etat devra trancher sur la viabilité d'un plan alternatif sans Unilever

[ACTUALISE] - Le projet de SCOP de l'intersyndicale CGT/CFE-CGC repose sur la cession de la marque "Eléphant" et une sous-traitance d'Unilever durant cinq ans. Le président d'Unilever France refuse fermement ces conditions, mais laisse l'Etat libre de soutenir une activité qu'il juge sans marché porteur, ni clients potentiels.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fralib : l'Etat devra trancher sur la viabilité d'un plan alternatif sans Unilever
Thé Lipton

Arnaud Montebourg a-t-il les moyens d'imposer à Unilever ce dont il ne veut absolument pas ? Qu'il décide de soutenir le projet alternatif présenté par l'intersyndicale CGT/CFE-CGC de Fralib ou de privilégier une revitalisation économique sans production de thé et infusions sur l'usine de Gémenos (Bouches-du-Rhône), le ministre du Redressement Productif va avoir fort à faire dans les prochains jours.

Bruno Witvoet, le président d'Unilever France, vient de confirmer ce que le groupe répète depuis sa décision de fermer ce site : "Il nous sera impossible de sous-traiter des volumes de production, compte tenu de nos surcapacités, et nous conserverons la marque Eléphant, qui fait partie de notre stratégie depuis plus de 40 ans". Il met en garde le ministre : "dans l'intérêt des salariés, il est souhaitable que les choix du gouvernement se portent sur des projets de créations d'emplois viables économiquement en fonction de l'état du marché et des impératifs économiques". Il va même plus loin en affirmant qu’il "est préférable de ne pas s'enfermer dans la promotion de projets de reprise fondés avant tout sur des attendus idéologiques au détriment de la réalité économique".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Unilever souhaite uniquement se limiter à ses obligations légales avec cette usine où l'intersyndicale mène la lutte depuis plus de 600 jours avec le soutien de plusieurs élus de gauche. Bruno Witvoet n'empêchera pas cependant le gouvernement de favoriser la solution portée par les représentants des salariés au lieu des "35 projets de recréation d'emplois identifiés par les cabinets Sofred et MTI" dans les Bouches-du-Rhône, à savoir, selon lui, 50 à 100 à l'initiative du fabricant de chips Sibell, voisin de Fralib, et une centaine sur d'autres PME provençales.

Le groupe annonce qu'il placerait alors "à titre gratuit" les machines d'une valeur de 7 millions d'euros, "sous la tutelle des pouvoirs publics qui pourront prendre leurs responsabilités pour mettre en œuvre et financer le projet du comité d'entreprise. L'Etat disposerait également du budget de revitalisation de 1,54 million d'euros qui s'ajouterait au budget de formation de 400 000 euros contenus dans ce même PSE".

Pour l'intersyndicale qui a rendu compte aux salariés de sa "rencontre constructive" avec Arnaud Montebourg et se félicite de "l'accueil positif" accordé à son projet, la viabilité de sa solution reste indiscutable, malgré la position d'Unilever. Elle annonce une décision dans les prochains jours sur "la notion de réappropriation publique des moyens de production", faisant de Fralib Gémenos "une propriété publique autour de la production de thés et infusions".

Ce plan alternatif à la fermeture motiverait, par ailleurs, d'autres projets, à préciser, "permettant de maintenir l'activité industrielle et les emplois".

L'intersyndicale affirme désormais "appréhender l'avenir avec confiance". Le feuilleton n'est donc pas fini. Reste à savoir si l'Europe acceptera que l'Etat se mêle, directement ou indirectement, du marché concurrentiel de la fabrication de thé et infusions...

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS