Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Foxconn à l’œuvre pour transformer ses usines avec la robotique et l’Internet des objets

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Pour regonfler ses marges, le géant taïwanais de la sous-traitance électronique Foxconn s’engage dans la transformation de son gigantesque appareil de production en Chine. Au programme : la robotisation et la mise en place des technologies de l’internet des objets pour rendre ses 28 usines intelligentes.

Foxconn à l’œuvre pour transformer ses usines avec la robotique et l’Internet des objets
Usine de Foxconn en Chine
© D.R.

"Smart plants" ou usines intelligentes. C’est le nouveau cap que Hon Hai Precision Industry se donne. Le géant taïwanais de la sous-traitance électronique, plus connu à l’international sous le nom de Foxconn, veut transformer son appareil de production en Chine pour le rendre plus efficient.  A la Conférence mondiale de l’internet, qui se tient à Wuzhen, du 16 au 18 novembre 2016, son directeur général  Chien Yi-pin  a dévoilé les leviers d’innovation que le groupe compte actionner pour parvenir à son objectif, rapporte le journal Focus Taiwan.

50 000 robots déjà installés

Foxconn a beau être le plus grand sous-traitant électronique au monde, avec un effectif de 1,3 million de personnes et un chiffre d’affaires 132 milliards d’euros en 2015, et compter parmi ses clients Apple, l’équipementier le plus fortuné de l’industrie électronique. Il ne veut plus se contenter des maigres marges d’exploitation de 2,5 à 3,5%. Pour les regonfler, il mise sur deux technologies clés : la robotique et l’Internet des objets.

Le groupe a choisi de porter son effort sur son outil industriel en Chine qui, avec 28 usines et 1 millions d’employés, constitue de loin sa plus grande base de production dans le monde. Il y emploie déjà pas moins de 50 000 robots. L’objectif est de robotiser le maximum de tâches sur les lignes de fabrication. Le besoin est si important que Foxconn envisage de construire et produire ses propres robots. Pour cela, il peut s’appuyer sur le savoir-faire dans ce domaine de Sharp, un fleuron japonais d’électronique dont il détient 66% du capital depuis août 2016.

Moteur d'intelligence artificielle de Sharp

L’autre levier de transformation réside dans la mise en place des outils de l’Internet des objets et de communication M2M (machine-to-machine) pour améliorer le contrôle de la production, la maitrise de la qualité ou encore la maintenance des équipements. Là encore, pour traiter les données issues des capteurs et équipements connectés, il peut faire appel au moteur d’intelligence déjà développé par Sharp pour ses produits et ses usines.

Selon Chien Yi-pin, les technologies de M2M ou de contrôle numérique de la production sont déjà à l’œuvre dans cinq usines, dont celles de  Chongqing et de Zhenzhou, et qu’elles équiperont bientôt 10 usines. Mais l’objectif du groupe est de rendre toutes ses usines en Chine « intelligentes ».

Diversification dans les composants électroniques

Dans le même temps, Foxconn chercher à sortir du carcan de la sous-traitance, en se diversifiant dans des composants électroniques comme les écrans LCD ou les semiconducteurs. Des rumeurs lui prêtent même l’intention de se lancer, avec Sharp, dans les smartphones. Au risque de concurrencer Apple, son premier client qui lui rapporte près de la moitié de son chiffre d’affaires.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle