FORGEKOBE STEEL CHOISIT CLIUn contrat de fabrication de pièces de grosse forge pour l'industrie pétrochimique taïwanaise a permis au français, Creusot-Loire Industrie (CLI), de nouer des liens avec le japonais Kobe Steel.

Partager

FORGE

KOBE STEEL CHOISIT CLI

Un contrat de fabrication de pièces de grosse forge pour l'industrie pétrochimique taïwanaise a permis au français, Creusot-Loire Industrie (CLI), de nouer des liens avec le japonais Kobe Steel.



Coup de maître dans la forge. Creusot-Loire Industrie, la filiale d'Usinor Sacilor spécialisée dans la grosse forge, a remporté un contrat de 65millions de francs auprès du japonais Kobe Steel. Ce dernier fournit les hydrocraqueurs pour un projet de plate-forme pétrochimique engagé par Formosa Plastics à Taiwan. Pour Creusot-Loire Industrie, ce contrat fraîchement signé, qui concerne la fabrication des viroles des hydrocraqueurs, représente un an et demi de travail, avec des pièces de près de 90tonnes l'unité. Une victoire sur un marché où, de coutume, les Japonais protègent jalousement leurs affaires. "Kobe Steel atteignait ses limites en termes de capacités techniques pour la réalisation de ces viroles", explique Alain Gévaudan, directeur général de Creusot-Loire Industrie. Le sidérurgiste nippon est aussi affecté par le tremblement de terre de Kobe, qui l'a touché de plein fouet. Et il semblerait qu'il souhaite se désengager progressivement de son activité de forge sur les aciers durs. Les négociations menées depuis près d'un an auprès des spécialistes de la grosse forge ont donné l'avantage au français, au détriment de ses principaux rivaux japonais, tel le numéro 1 mondial, Japan Steel Work. Ce premier pas vraiment significatif avec l'industrie japonaise est important à double titre pour le métallurgiste français. D'abord, parce qu'il laisse espérer de futures collaborations, dont certaines sont actuellement en discussion, en direct avec la pétrochimie japonaise. Ensuite, parce que la forge de grosses pièces est plutôt sinistrée depuis le ralentissement des programmes nucléaires. Avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 200millions de francs, la forge à façon de grosses pièces représente près de 10% de l'ensemble des activités de Creusot-Loire Industrie. Hormis quelques spécialités, ses marchés se restreignent à la fourniture de pièces pour la pétrochimie, comme les viroles d'hydrocraqueurs, et pour l'industrie nucléaire avec les réacteurs, les conduits de circuits primaires ou les générateurs de vapeur. Même si seule une petite poignée d'intervenants se disputent les marchés mondiaux, ils n'ont pas énormément de contrats à se mettre sous la dent. Dans le nucléaire, ils doivent pratiquement se contenter du programme de remplacement des générateurs de vapeur dans les centrales en fonctionnement. Et Japan Steel Work détient pratiquement le quart de ce marché. Même Framatome commande des pièces aux Japonais. Pour la forge, le salut se trouve dans les nombreux programmes de pétrochimie asiatique. En s'y positionnant, Creusot-Loire Industrie espère sauvegarder cette activité, dont 70% sont déjà réalisés à l'export.

Pascale LEROY-PAULAY

USINE NOUVELLE N°2507

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS