Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Forécreu, le spécialiste des barres à trous

,

Publié le

Créée dans les années 1950, cette PME familiale s’est muée en une entreprise de haute technicité. Et a fait le choix de se tourner presque exclusivement vers l’international.

Forécreu, le spécialiste des barres à trous

Japon, États-Unis, Chine, Corée du Sud… Sur les étiquettes accrochées aux barres prêtes pour l’export, il y a une pointe d’exotisme que nul ne soupçonne avant de franchir le seuil de l’usine Forécreu, située à Commentry (Allier). De là sont acheminées partout dans le monde des barres à trous en aciers rapides inoxydables et titanes destinées à la fabrication d’outils, d’instruments et d’implants orthopédiques.

Cette entreprise, créée en 1952 par le père de l’actuel président de Forécreu, est la seule au monde à proposer cette spécialité industrielle, à la fois complexe et technique. « Nous sommes aux barres à trous ce que Lajaunie est au cachou ! sourit François Ory, le patron. Les seuls au monde à pouvoir proposer de tels produits. C’est un marché étroit sur lequel nous revendiquons un taux de pénétration supérieur à 95% ! »

Un chiffre qui pourrait faire rêver plus d’un industriel, mais chez Forécreu, on reste prudent. « L’avantage à être seul sur un marché, c’est que nous n’avons pas vraiment de concurrents, mais en même temps, il y a moins d’innovation. À nous de nous remettre en question pour rester dans la course. » En 2005, François Ory a donc opéré un virage stratégique, ajoutant au marché de l’outillage celui de l’orthopédie. Ce secteur représente à présent 60% des commandes.

45 destinations à l’export

Malgré l’antériorité et l’exclusivité du marché, la crise a pourtant bien failli avoir raison de Forécreu. « Dès le début, nos clients ont fait des stocks en 2007-2008. Ils ont moins commandé en attendant de voir comment évoluerait la situation économique. Notre production a alors lourdement chuté. Heureusement, nous avons réussi à franchir ce cap difficile et aujourd’hui tout va bien. » En 2013, Forécreu affichait un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros. Les deux sites de production de Commentry et Malicorne (Allier) emploient une soixantaine de salariés. L’entreprise assure avoir une visibilité de six à sept mois sur ses commandes. « C’est beaucoup dans notre secteur. En principe, nous connaissons plutôt des cycles de cinq mois », s’empresse de préciser François Ory.

La PME auvergnate exporte désormais 90% de sa production vers 45 destinations, de la Nouvelle-Zélande à la République tchèque, d’Israël à Taïwan, du Mexique à la Thaïlande. Forécreu possède également des filiales au Japon, aux États-Unis et en Allemagne. De nouveaux pays intègrent progressivement cette longue liste, notamment les pays émergents, qui se montrent de plus en plus demandeurs de produits de haute technicité. « Nous travaillons déjà avec l’Afrique du Sud et avons signé avec de nouveaux clients comme la Russie. Ce sont des marchés d’avenir très prometteurs, dont nous ne pourrons pas nous passer. Une dizaine d’autres pays sont par ailleurs en prospection. »

La conquête de nouveaux marchés nécessitera aussi une diversification de l’offre. Après avoir régné sans partage sur le marché des barres à trous métalliques, l’avenir de l’entreprise passe sans doute par les matériaux composites. En 2008, la PME a investi dans une presse d’extrusion à chaud. « Nous fabriquons de plus en plus de produits composites et en plastique résorbables pour le secteur de l’orthopédie », confirme François Ory. Un?marché de niche qui ne représente pour l’instant que 6% de l’activité de l’entreprise. Mais qui ne demande qu’à prospérer.

Les autres champions

CVA Silicone (Saint-Vidal, Haute-Loire), numéro un de l’injection de silicone liquide en France dans différents domaines : puériculture, médical, cosmétique, optique et arts de la table. 4 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 50% à l’export. 30 salariés.

Leygatech (Saint-Romain-Lachalm, Haute-Loire), production et commercialisation de films, de gaines et de sacs en plastique destinés à l’emballage agroalimentaire. 49 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012, dont 28% à l’export. 118 salariés.

Top Clean Packaging (Peschadoires, Puy-de-Dôme), groupe de six entreprises spécialisées dans la transformation de matières plastique. 32 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 45% à l’export. 300 salariés.

Babymoov (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme), spécialiste de la puériculture. 31?millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 20% à l’export. 50 salariés.

NSE (Nizerolles, Allier), conception et réalisation de systèmes intégrés pour les secteurs de la défense, de l’aéronautique, de l’électronique. 63 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 30% à l’export. 800 salariés.

 

Matière, tête de pont du Cantal !

La petite entreprise familiale créée par Louis Matière, à Arpajon-sur-Cère (Cantal), en 1932, a fait de la route. Passé de la pose de canalisations à ses débuts à la construction d’ouvrages métalliques et béton aujourd’hui, Matière a su se diversifier et s’ouvrir au monde. Elle compte à son actif 13 000 ouvrages d’art référencés sur toute la planète, dans une trentaine de pays. Fort d’un chiffre d’affaires de 116 millions d’euros en 2012 (contre 26 millions en 1990), Matière est allé chercher sa croissance à l’international. L’exportation lui a assuré l’an passé 65% de son chiffre d’affaires, contre seulement 8% en 1990 ! La PME auvergnate, qui compte 400?salariés, a conservé son siège social au cœur du Cantal, fief familial de l’entreprise, mais elle possède aussi six implantations dans le monde : Philippines, Algérie, Cameroun, Australie, Irak, Gabon. Ouvrages modulaires, ponts à poutres en béton, passerelles piétonnes métalliques, l’entreprise a développé un savoir-faire dans ces domaines qui fait d’elle l’un des leaders mondiaux de sa catégorie.

 

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3385-3386

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3385-3386

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle