Ford justifie ses suppressions d'emplois. Delphi dans le rouge. Hewlett-Packard vend une usine française. GE ignore la crise.Un antitabagique mortel ? L'Allemagne au ralenti...

Partager

Jusqu'à présent, contrairement à Boeing, Airbus s'était contenté de réviser progressivement son carnet de commandes. Mais cette fois l'avionneur européen va supprimer 6000 emplois, sans licenciements secs. Airbus maintient toutefois son objectif de produire 300 avions cette année et l'année suivante, jusqu'à la prochaine réévaluation avant l'été, indiquent Les Echos.

Ford a justifié a posteriori les 35.000 suppressions d'emplois qu'il avait annoncées la semaine dernière, estime La Tribune. Ford a présenté hier des résultats 2001 catastrophiques : 5,45 milliards de dollars de perte nette, et un chiffre d?affaires de 162,4 milliards, en recul de 5%. Seule consolation : le groupe est revenu aux bénéfices en Europe.

De son coté, Delphi, n°1 des équipementiers de l'automobile (et ex-filiale de GM), annonce la suppression de 1400 emplois, qui s'ajoutent aux 11500 déjà prévus par le plan en cours. Delphi était dans le rouge au dernier trimestre 2001, indique La Tribune.

En période de crise aussi (ou surtout), les choix stratégiques font la différence : IBM récolte les fruits de sa diversification dans les services, affirme La Tribune. En effet, avec un résultat net de 7,7 milliards de dollars et des ventes de 85,9 milliards en 2001, des chiffres en recul respectivement de 2,9% et 4,9%, IBM a mieux résisté que ses concurrents. Du coup, l'action IBM est resté proche de ses sommets durant les douze derniers mois, alors que HP a perdu un tiers de sa valeur, Oracle la moitié, et Sun les deux tiers.

Hewlett-Packard a annoncé hier la mise en vente de son usine française de L'Isle d'Abeau (près de Lyon). L'acheteur serait le sous-traitant de l'électronique Sanmina-SCI, indique le Financial Times. La semaine dernière, Sanmina-SCI avait signé un contrat de 5 milliards de dollars avec IBM pour reprendre la production de ses usines de PC de bureau en Europe et aux Etats-Unis.

General Electric, lui, semble ignorer la crise : GE affiche une hausse de 7% de ses profits, et vise une croissance de 17 à 18% de ses bénéfices en 2002. Les services financiers, première branche du groupe, et les activités à long cycle comme la construction électrique, ont compensé le ralentissement de l'aéronautique, expliquent Les Echos.

Pharmacie : un antitabagique de GlaxoSmithKline est soupçonné d'avoir entraîné des décès en Grande-Bretagne, révèlent Les Echos. Le lien entre la prise du Zyban et la mort de 57 personnes n'est toutefois pas prouvé. En France, 130.000 personnes sont traités avec du Zyban, et l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a indiqué qu'elle allait examiner la situation. Le Zyban représente un chiffre d'affaires de 187,3 millions d'euros pour la laboratoire pharmaceutique.

Sachez enfin que l'Allemagne a enregistré en 2001 sa plus faible croissance (0,6%) depuis 1993. Le poids lourd de l'économie européenne est aussi quasiment le dernier de la classe (la Finlande mise à part). Cetains experts estiment qu'en 2002 la hausse du PIB allemand ne dépassera pas 0,1%. C'est dans Les Echos.

A lundi!

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS