Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Ford et Fiat-Chrysler surfent avec succès sur le marché nord-américain

Julie Thoin-Bousquié , , ,

Publié le

Les deux constructeurs ont annoncé de bons résultats en Amérique du nord. Un territoire qui représente la majorité des bénéfices enregistrés par Fiat-Chrysler et Ford l'année dernière.

Ford et Fiat-Chrysler surfent avec succès sur le marché nord-américain
Comme Ford, Fiat-Chrysler surfe sur le succès des pickups et SUV aux Etats-Unis.
© Benoit Tessier / Reuters

Il suffit de regarder les résultats annuels publiés jeudi 26 janvier par Fiat-Chrysler et Ford pour comprendre pourquoi tous avaient les yeux rivés sur le compte Twitter du nouveau président Donald Trump lors du salon de Detroit. En 2016, les deux constructeurs ont en effet généré l’essentiel de leurs profits sur le marché nord-américain. Ford y enregistre une marge opérationnelle – en très léger recul – de 9,7%, alors qu’elle n’est que de 6,7% à l’échelle mondiale, tandis que FCA l’a vu croître à 7,4% en 2016, contre 5,5% sur l’ensemble de la planète.

Les deux fabricants surfent sur l’intérêt que portent les Américains aux pickups et autres SUV, qui leur permettent de réaliser des marges confortables. Au total, "les résultats opérationnels en Amérique du nord représentent près de 90% des profits générés" par Ford, rappelle le Wall Street Journal. Pour Fiat-Chrysler, l'Amérique du Nord a généré 85% des bénéfices enregistrés l’année dernière. Près de 100 000 ouvriers de Ford et Fiat-Chrysler devraient de fait de recevoir des bonus en raison des bons résultats enregistrés par leurs entreprises respectives aux Etats-Unis.

800 millions de pertes pour Ford

Ford a également enregistré en 2016 une amélioration de sa rentabilité en Europe, avec un bénéfice annuel avant impôt de 1,2 milliard de dollars. "Un résultat historique", s’est félicité le patron de Ford, Mark Fields. Pour autant, le groupe a vu son bénéfice net annuel chuter de presque 40% entre 2015 et 2016, à 4,6 milliards de dollars. Ce recul est essentiellement lié à la perte nette de 800 millions de dollars enregistrée au dernier trimestre 2016. Le mouvement devrait se poursuivre en 2017, a prévenu Ford, du fait des investissements engagés par l’entreprise pour devenir spécialiste des services de mobilité et assurer son entrée dans le secteur des véhicules électriques.

Le repli de 2016 était prévisible pour le constructeur américain. La marque avait annoncé il y a peu avoir changé le mode de calcul des cotisations retraite de ses employés. Bilan: une charge supplémentaire de 3 milliards. A laquelle Ford a dû rajouter à la dernière minute une nouvelle charge de 200 millions, relative à l’annulation de la construction de son ex-future usine au Mexique. Mais ce  renoncement reste totalement indépendant des menaces brandies par Donald Trump à l’encontre des fabricants automobiles, s’est une nouvelle fois défendu Ford jeudi.

Fiat-Chrysler investit aux Etats-Unis

Fiat-Chrysler a également réagi jeudi à l’arrivée de Donald Trump au pouvoir et son objectif de faire passer en priorité son pays – "America first". Comme un gage de bonne foi, le groupe a indiqué vouloir investir plusieurs milliards de dollars dans trois usines américaines pour développer ses marques Jeep et RAM. A la clef, 1 700 nouveaux emplois sur le sol américain.

Sergio Marchione, patron de Fiat-Chrysler, a ajouté auprès d’analystes avoir un avis "dans l'ensemble positif" de la politique de relance envisagée par le nouveau chef de l’Etat américain. Mais s’est dit "préoccupé" par la mise en œuvre des possibles taxes transfrontalières brandies par le milliardaire. Des inquiétudes qui ne concernent par les éventuelles sanctions liées au soupçon de triche qui pèse sur le constructeur italien. Sergio Marchione a en effet affirmé que son entreprise n’avait pas fait de provisions pour faire face à cette affaire, préférant indiquer que les discussions avec l’agence environnementale américaine "avançaient bien".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle