Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Usine Ford à Blanquefort, une ultime chance ?

Jean Berthelot de La Glétais , , , ,

Publié le

À l’issue d’une réunion avec les salariés et des élus néo-aquitains, le ministre de l’Économie a annoncé qu’une nouvelle offre de reprise de l’usine Ford de Blanquefort (Gironde) était présentée par Punch.

Usine Ford à Blanquefort, une ultime chance ?
Bruno Le Maire, salariés et élus ont vu le groupe Punch présenter une nouvelle offre de reprise de l’usine Ford de Blanquefort (Gironde) le lundi 18 février.
© Flickr/Mike Mozart/CC

Est-ce une dernière chance crédible ou un baroud d’honneur ? Réunis lundi 18 février à Bercy autour du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, salariés et élus ont vu le groupe Punch présenter une nouvelle offre de reprise de l’usine Ford de Blanquefort (Gironde).

Une proposition crédible, alors même que l’équipementier américain a tout refusé, jusqu’ici ? "Je suis déterminé à trouver une solution de reprise viable pour le site de Ford Blanquefort. Il nous reste peu de temps pour ce faire. Je mettrai donc toute mon énergie aux côtés des salariés et des élus, pour donner au projet de Punch toutes ses chances", a en tout cas expliqué Bruno Le Maire au cours de l’après-midi. Les discussions vont donc s’engager, une nouvelle fois, et se prolonger au moins jusqu’au lundi 25 février.

"Reporté d’une semaine"

"Tout est reporté d’une semaine", a déclaré à l’AFP Philippe Poutou, représentant CGT et ancien candidat (NPA) à la présidentielle, précisant que "l’option un, c’est-à-dire un rachat par Punch, est toujours d’actualité d’après le gouvernement". Jusqu’ici, le repreneur potentiel avait présenté un plan sauvegardant 450 des 800 emplois du site girondin. Mais Ford n’avait pas accepté cette offre de reprise, la jugeant officiellement peu viable. Le gouvernement souhaite, précisément, s’assurer du sérieux de la nouvelle proposition de Punch avant de remettre éventuellement la pression sur l’équipementier américain, en le sommant par exemple de l'accepter ou de rembourser les aides publiques perçues ces dernières années à Blanquefort.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle