Quotidien des Usines

Fonderie DMI : l'appel à l'aide des salariés à Obama et Montebourg

, , , ,

Publié le

Le comité d'entreprise de la fonderie DMI, basée à Vaux, a adressé une lettre au président des Etats-Unis, Barack Obama, pour faire pression sur le groupe Platinum Equity. Une seconde lettre a été rédigée à l'attention d'Arnaud Montebourg.

Fonderie DMI : l'appel à l'aide des salariés à Obama et Montebourg © United States Government Work

Les salariés de la fonderie DMI de Vaux (Allier) appellent à l’aide. A cause du désengagement du groupe américain Platinum Equity, l’usine où ils travaillent a été placée en redressement judiciaire le 24 juin 2012.

Pour essayer de faire pression sur le groupe afin d’obtenir une indemnisation, le secrétaire du comité d’entreprise Didier Verrier a rédigé une lettre destinée au président de Etats-Unis, Barack Obama.  "Monsieur le président (...) nous pensons sérieusement que vous êtes notre seul espoir de faire entendre notre voix (...) auprès de Platinum Equity afin que ce dernier prenne conscience qu'au regard du droit français, il est inconcevable de ne pas indemniser les salariés dont on se sépare", écrit-t-il.

La fonderie DMI de Vaux produit des pièces en aluminium pour l’industrie automobile, en particulier pour Renault. A ce propos, le comité d'entreprise a envoyé également un courrier au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, pour lui demander d'"intervenir personnellement auprès des dirigeants de Renault afin qu'ils fassent l'impossible pour maintenir 100 % de la charge actuelle attribuée à l'entreprise; gage de sécurité pour le repreneur".

Le sort de la fonderie DMI sera annoncé le 5 mars par le tribunal de commerce de Montluçon. Un délai avait été accordé le 21 février pour que l'unique repreneur, l’industriel Gianpiero Colla (CMV Aluminium), puisse rediscuter son offre.

En 2011 déjà, la fonderie avait été placée en redressement judiciaire. Rachetée par la filiale de Platinum, DMI, 113 postes avaient été supprimés malgré les 10 millions d’euros d’investissement.

Le site France 3 Auvergne a publié des extraits des deux lettres :

Lettre adressée à Barack Obama : 
"Monsieur le président ; en France, le droit prévoit que dans de telles circonstances, l’actionnaire est soumis à certaines obligations, celles entre autres, d’apporter une aide aux salariés qui vont être licenciés. A ce jour, malgré nos différentes sollicitations le groupe reste muet et ne nous entend pas."
"Platinum Equity étant basé aux U.S.A, il devient pratiquement impossible pour de modestes salariés comme nous, avec de faibles moyens, de contraindre l’actionnaire de DMI à respecter le droit français. Je pense que vous seul, Monsieur Obama, êtes en mesure de faire pression."
"Pour cela, permettez-nous de solliciter votre intervention auprès de Platinum Equity afin que ce dernier prenne conscience qu’au regard du droit français, il est inconcevable de ne pas indemniser les salariés dont on se sépare."

Lettre adressée à Arnaud Montebourg : 
"Monsieur le Ministre, il semble que les négociations entre votre ministère, Renault et G. Colla (CMV Aluminium et unique repreneur) n’aient toujours pas abouti ce qui provoque une inquiétude grandissante chez les 168 salariés de la fonderie de Vaux."
"Monsieur le Ministre, nous restons convaincus qu’il y a encore une possibilité de sauver une partie non négligeable des emplois de cette fonderie."
"Persuadés que désormais seule une solution politique peut apporter un dénouement heureux dans ce dossier et avec tout notre respect, nous vous demandons de bien vouloir intervenir personnellement auprès des dirigeants de Renault afin qu’ils fassent l’impossible pour maintenir 100% de la charge actuelle attribuée à l’entreprise; gage de sécurité pour le repreneur."

 

Elena Bizzotto

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte