Flying Eye lance un drone avec système GPS autonome

Pour inciter les grands donneurs d’ordre à se tourner vers les drones, l’entreprise Flying Eye fait le pari de la valeur ajoutée. Elle va commercialiser un drone pour les missions d’inspection complexes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Flying Eye lance un drone avec système GPS autonome

Pour provoquer les grands contrats, les acteurs du drone sortent du bois. En novembre, la société Flyning Eye lance un drone capable de mener à bien des missions d’inspection dans des environnements où le signal de positionnement GPS s’avère défaillant. Un appareil qui sera présenté lors du salon UAV Show, qui se tient à Bordeaux les 12 et 13 octobre à Bordeaux-Mérignac.

"Les usages concernent bien sûr des missions en intérieur mais aussi à l’extérieur, explique Grégoire Thomas, fondateur de la société Flying Eye, créée en 2009. Lorsqu’un drone évolue à proximité d’ouvrages massifs ou de falaises, des phénomènes de perturbation peuvent perturber le signal GPS". D’où le système mis au point par le constructeur : trois balises au sol pour permettre au drone de se positionner par triangulation et une quatrième pour "durcir" l’information de sa localisation. Un système qui permettrait au drone de se positionner avec une extrême précision.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

vers des usages dans la sécurité

"Nous avons tout juste terminé la phase de validation avec le premier prototype", assure Grégoire Thomas. Ce drone, baptisé Inspector X4, intéresserait Engie Drones & Robotics Lab, l’entité du groupe Engie dédiée au développement des robots et des drones. Et le dirigeant imagine déjà de futures améliorations. "Pour les lieux difficiles d’accès, nous pouvons équiper des drones de balises, au sol ou en vol", précise Grégoire Thomas. Une solution qui n’est pas sans rappeler le concept naissant d’essaim de drones, où chaque engin se voit chargé d’une mission précise.

Cette solution fera-t-elle décoller Flying Eye ? Ses dirigeants l’espèrent. Ils visent un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en 2017, contre 1,8 million d’euros en 2015. Accompagnée par BPI France (et labellisée Bpifrance Excellence), cette PME basée à Vallauris (Alpes-Maritimes) devrait recruter deux personnes, pour atteindre 11 salariés d’ici la fin de l’année. "Nous comptons augmenter nos investissements en R&D et déployer notre force de vente à l’international", prévoit Grégoire Thomas. A demi-mots, le jeune dirigeant laisse entendre que Flying Eye pourrait bientôt développer des patrouilles de drones autonomes pour la surveillance des sites sensibles. De quoi espère-t-il, susciter l’intérêt des grands industriels.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS