Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Florent Menegaux, dauphin naturel de Jean-Dominique Senard chez Michelin

,

Publié le

A trois jours de la présentation des résultats annuels, le groupe Michelin vient d’annoncer le nom du successeur de Jean-Dominique Senard, à la tête du groupe Michelin depuis 2012. Il s’agit de Florent Menegaux, directeur général exécutif du groupe depuis 2017. Pas vraiment une surprise.

Florent Menegaux, dauphin naturel de Jean-Dominique Senard chez Michelin
Florent Menegaux devrait prendre la succession de Jean-Dominique Senard, à la tête du groupe Michelin depuis 2012.
© Michelin

Fin du suspense. Après plusieurs mois de discrètes tractations, le groupe Michelin a officialisé cet après-midi, par communiqué, le nom du futur successeur de Jean-Dominique Senard, 65 ans, gérant commandité de la manufacture depuis 2012. Il proposera ainsi à la prochaine assemblée générale, qui se tiendra à Clermont-Ferrand au mois de mai, la nomination de Florent Menegaux, 56 ans, actuellement directeur général exécutif, en tant que gérant commandité, et d‘Yves Chapot, 56 ans, directeur lignes business et régions Asie et Afrique en tant que gérant non-commandité.

"Il faut savoir s’arrêter à temps. Ne pas faire le mandat de trop", nous confiait encore récemment Jean-Dominique Senard, pourtant pressé en interne de conserver son poste, tant ses résultats sont éloquents. "Je réfléchis à cette échéance depuis plusieurs mois déjà. J’ai toujours eu à cœur de préparer la suite. Cela fait partie de mes devoirs et de mes responsabilités. Mais je ne resterai jamais très loin de Michelin, vous pouvez me faire confiance".

Irrésistible ascension

C’est donc un fidèle parmi les fidèles, membre du Comité Exécutif du Groupe, qui aura la lourde responsabilité de diriger le géant mondial du pneumatique. Si son nom n’a été rendu public qu’aujourd’hui, il apparaissait parmi les grands favoris du casting. Depuis plusieurs années déjà, Florent Menegaux connait une irrésistible ascension au sein de la manufacture. Après des études en finance, gestion et Sciences économiques, cet ancien de Price Waterhouse et d’Exel Logistics France, entre chez Michelin en 1997 comme Directeur commercial pneus poids-lourd au Royaume-Uni et République d’Irlande. Il gravit progressivement tous les échelons. En 2000, l’entreprise lui confie la Direction des ventes première monte et remplacement pneus poids-lourd en Amérique du Nord. En 2003, il prend la Direction des Pneus Poids Lourd en Amérique du Sud. Deux ans plus tard, il devient Directeur de la Zone Afrique - Moyen-Orient.
En janvier 2006, Florent Menegaux occupe le poste de Directeur pour l’Europe de la division Tourisme Camionnette Remplacement du groupe Michelin avant d’être nommé Directeur de la Ligne Produit Tourisme Camionnette en 2008. Il supervise également les activités Compétition et Matériaux. En décembre 2014, il est nommé Directeur Général des Opérations puis Directeur Général Exécutif du Groupe en 2017.
"Ils ne prennent jamais le même avion"

Enfin, depuis janvier 2018, c’est lui qui supervise toutes les directions business du Groupe et les directions opérationnelles Manufacturing, Supply Chain et Expérience Client. Homme discret, comme souvent chez Michelin, il connait tous les arcanes de la galaxie Bibendum, même si, comme Jean-Dominique Senard, il n’appartient pas à la famille fondatrice du groupe. "Ils ne prennent jamais le même avion. On ne sait jamais, en cas d’accident… ", nous explique un cadre haut placé de Michelin, comme pour mieux souligner son importance dans le dispositif du géant du pneu.

Entré dans le groupe auvergnat sous l’ère de François Michelin, il faisait déjà partie du premier cercle d’Edouard Michelin, son fils, décédé accidentellement en 2006. Il était également au premier rang sur la photo de famille, lors de la visite présidentielle d’Emmanuel Macron chez Michelin, le 25 janvier dernier.

Lundi 12 février, le groupe qui compte quelque 110 000 salariés dans le monde, dont 22 000 en France (11 000 à Clermont-Ferrand), annoncera ses résultats annuels. En 2017, le manufacturier avait affiché une marge opérationnelle de 13 %, un record, et un résultat net confortable de 1,7 milliard d'euros… De quoi mettre la pression au successeur de Jean-Dominique Senard.

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle