L'Usine Matières premières

Florange redoute le coup de grâce

, , , ,

Publié le

Prévue ce jeudi en milieu d’après-midi, la visite en Moselle d’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement économique, inspire les pires inquiétudes parmi les salariés d’ArcelorMittal.

Florange redoute le coup de grâce © D.R.

Après six mois d’angoisse et de silence, les salariés d’ArcelorMittal espèrent obtenir cette après-midi des réponses quant au redémarrage de la filière liquide en arrêt depuis plus d’un an sur le site mosellan de Florange. Selon le quotidien Libération, c’est bien l’arrêt définitif qui se profile pour les deux derniers haut-fourneaux de Lorraine. Le projet Ulcos, qui devait voir l’émergence d’un site pilote de captage et de stockage de CO2, n’aura été qu’une chimère.

Reste l’hypothèse d’une "loi Hollande", qui permettrait aux collectivités de reprendre les installations pour un euro symbolique et d’organiser la cession à un éventuel repreneur. Evoqué à la veille des élections présidentielles par le candidat François Hollande lors de sa visite à Florange, le projet de loi n’a pas encore été présenté. Le texte ouvrirait la voie à une expropriation pour l’heure inédite.

Le non-redémarrage signifierait la suppression de la filière à chaud, qui emploie aujourd’hui 1 100 sidérurgistes pour la plupart âgés de plus de cinquante ans. Le plan social pourrait ainsi s’avérer quasi-indolore, mais il condamnerait définitivement un savoir-faire irremplaçable. La pérennité de la filière froide (finitions des aciers et packaging) paraît elle aussi compromise. Les aciers haut de gamme produits à Florange sont certes très prisés, mais l’usine perdrait ses avantages de site intégré s’il devenait définitivement tributaire de l’approvisionnement extérieur.

La filière Packaging semble plus alarmante encore. Elle emploie 500 salariés condamnés au chômage technique depuis plusieurs mois. Les collectivités pourraient donc hériter pour l’euro symbolique d’un site en grand péril.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/09/2012 - 15h07 -

Il faut arrêter de fantasmer sur Mittal : -en Finlande, Ruukki a annoncé aujourd'hui la fermeture de deux usines -en Italie, Ilva à Taranto va fermer (12.000 emplois) -en Espagne Grupo Alfonso Gallardo va également fermer des usines. Ce sont tous des sidérurgistes, ils ne font pas partie du groupe Mittal et ce sont toutes des annonces d'aujourd'hui. Mittal n'est pas le monstre plaisamment présenté par la presse. La situation du marché de l'acier est réellement catastrophique
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte