L'Usine Matières premières

Florange : Mittal rompt le silence, les syndicats répliquent

, ,

Publié le

[ACTUALISE] Le Figaro publie ce jeudi 13 décembre une interview du PDG d’ArcelorMittal. Il y revient sur l’accord passé avec le gouvernement, et les attaques des politiques envers lui. Dans le même temps, les syndicats s’appuient sur un document interne pour prouver que Florange est l’un des sites les plus rentables du groupe.

Florange : Mittal rompt le silence, les syndicats répliquent © Arcelor Mittal

"C'est un accord juste", affirme l’industriel dans les colonnes du quotidien le Figaro, dans son édition datée du jeudi 13 décembre. Il commente ainsi l’accord conclu avec le gouvernement français au début du mois de décembre. "Il respecte ce qui était notre préoccupation essentielle dans ce dossier: assurer un avenir pérenne et rentable à l'ensemble de notre activité et donc à la filière acier en France". Suggérant ainsi que l’avenir ne s’annonçait pas rentable pour la filière acier en France.

Un commentaire que pourraient venir démentir la CFDT qui évoque - le même jour - un document interne attestant que Florange serait l’un des sites les plus rentables du groupe dans le nord de l’Europe. "On voit effectivement sur les courbes que Florange fait partie des sites les plus rentables, aussi rentable que Gand et Dunkerque", a affirmé Edouard Martin, délégué syndical CFDT du site sur BFMTV mercredi soir.

"Ce ne sont pas les syndicats qui le disent mais la direction elle-même", a-t-il ajouté. Ce document interne d'ArcelorMittal comparerait les coûts de production à la tonne de l'acier produit par les sites du groupe à Florange, Gand, Dunkerque, Liège et Brême.

"L'excuse invoquée par M. Mittal du manque de compétitivité de Florange ne tient pas", a estimé le représentant syndical. "C'est pour cela que nous, maintenant, nous demandons des comptes à M. Mittal, qui est capable de mentir à la terre entière", a ajouté le syndicaliste.

La direction du groupe a riposté par un communiqué dans la matinée affirmant que le document interne dont il est question est "partiel et ne prend pas en compte les coûts complets".

"Une surprise pour personne"

De son côté, Lakshmi Mittal explique que la fermeture des haut-fourneaux n’aurait pas dû être "une surprise". "Les salariés eux-mêmes en étaient conscients", explique-t-il dans le Figaro.

Puis il justifie : "Qu'avions-nous dit lors de l'acquisition d'Arcelor? Que nous mettrions en œuvre le plan Apollo élaboré par la direction d'Arcelor avant l'OPA. Et ce plan prévoyait la fermeture des hauts-fourneaux de Florange au plus tard en 2010. En fait nous les avons fait fonctionner plus longtemps que cela."

Le bond en arrière de la nationalisation

C’est aussi la raison pour laquelle il a été surpris par le spectre de la nationalisation que le ministre du Redressement a pu faire planer au-dessus du site lorrain. "Si j'ai été surpris? Mais c'est le monde entier qui a été surpris. Si aujourd'hui, un pays comme la France, la cinquième économie du monde, parle de nationalisation, mais quel bond en arrière!", s’insurge-t-il.

"Ce genre de menaces sont de nature à faire qu'un investisseur y réfléchira peut-être deux fois avant d'investir en France. Cela dit, là encore, je n'ai pas eu l'impression avec le président de la République qu'il était très partant pour nationaliser Florange", ajoute-t-il.

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

13/12/2012 - 12h17 -

Mittal as eu raison de soutenir ses decisions malgré la gesticultaion éternelle des politiques ! C'est dommage que les hommes politiques français ne font que la gesticultation et du marketing ! Aucun plan de redressement de l'industrie ou notre economie, juste des markers ces politiques !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte