Florange : la CFE-CGC propose une aciérie électrique

Alors que se tient, ce jeudi 13 décembre, un comité central d’entreprise exceptionnel entre la direction et les syndicats d’ArcelorMittal, la CFE-CGC formule des propositions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Florange : la CFE-CGC propose une aciérie électrique

Une aciérie électrique. C’est la proposition faite par la confédération pour redonner une capacité de production d’acier au site d’ArcelorMittal de Florange. La CFE-CGC la présentera, ce 13 décembre dans l’après-midi, lors du comité central d’entreprise exceptionnel qui se tient à Paris entre la direction et les syndicats.

"Certes, la demande actuelle d'aciers plats carbone en Europe ne justifie pas la construction d'un four électrique à Florange immédiatement. Mais de manière à anticiper une possible (probable ?) amélioration du marché", la CFE-CGC sidérurgie "demande que le groupe ArcelorMittal lance dès 2013 une étude technique sur cette proposition d'aciérie électrique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Il y a des idées d'avenir à développer pour le long terme pour redonner des perspectives à Florange et utiliser les outils présents sur le site", a expliqué à l'AFP Xavier Le Coq, secrétaire national CFE-CGC en charge de l'industrie. "On sait que par la filière électrique, si on met de la bonne ferraille, on peut faire du haut de gamme", avance le responsable syndical.

Ce four pourrait remplacer quatre outils actuels à Florange, selon le représentant syndical. Il s’agirait des deux hauts fourneaux (dans lesquels sont mélangés le fer aggloméré et le coke), l'agglomération (préparation du minerai de fer à haute température) et une partie de l'aciérie à oxygène (qui transforme la fonte liquide sortant des hauts fourneaux en acier). Ces installations sont toutes vouées à la fermeture au printemps 2013, le groupe de Lakshmi Mittal invoquant un contexte extrêmement morose en Europe pour les ventes d’acier.

Ce four électrique produirait l'acier brut à partir notamment de ferrailles recyclées, qui serait ensuite coulé à Florange pour être solidifié. Cela "donnerait à l'ensemble Dunkerque-Florange une cohérence et une complémentarité industrielle", souligne la CFE-CGC qui ne précise pas le côut du projet. Et d’ajouter en guise d’ultime argument : "Le prix attractif de l'électricité en France est un atout pour la construction d'une aciérie électrique", avec pour conséquence induite, "la diminution drastique des émisions de gaz à effet de serre".

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS