Flammarion avec Amazon pour booster les liseuses

L'accord entre Flammarion et Amazon, lié à la réelle arrivée du Kindle en France devrait favoriser l'ensemble du marché des liseuses. Un marché qui n'en finit pas de décoller.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Flammarion avec Amazon pour booster les liseuses

L'annonce aux États-Unis de la tablette Kindle Fire d'Amazon ne doit pas occulter un accord important en France. Pour la première fois, un grand éditeur français a signé un accord avec Amazon. Flammarion sera donc le premier à proposer des livres électroniques sur le site de vente en ligne, au format propriétaire du Kindle.

Il devrait être rapidement suivi par Hachette et Albin Michel. Du coup, Amazon en profite logiquement pour lancer véritablement sa liseuse sur le marché français, une annonce étant attendue pour le début du mois d'octobre. Actuellement, le Kindle n'est pas mis en avant sur Amazon.fr et un clic sur le lien proposé reroute immédiatement sur le site .com en anglais… et en dollars.

Avec une offre de livres et une procédure d'achat en français, le Kindle a toutes les chances de réussir dans l'Hexagone. Ce n'est pourtant pas forcément une mauvaise nouvelle pour ses concurrents, Reader de Sony, Cybook de Bookeen, Fnacbook.

Alors qu'aux États-Unis, les livres électroniques représentent 10 % du marché, ceux-ci ne pèsent que 1 % en France. L'arrivée d'Amazon va mettre un coup de projecteur sur les liseuses et les livres électroniques propre à faire – enfin – décoller le marché.

L'alignement des prix au moment de la sortie des ouvrages au format de poche, qui existe aujourd'hui, est un autre élément favorable. Et si les liseuses s'octroyaient au mois de décembre une belle place au pied du sapin ?

Accepter de se lier à Amazon

Pour Noël, la Kindle Fire ne sera vraisemblablement pas disponible en France. Cette tablette ressemble étrangement au Playbook de RIM : boîtier presque identique, même écran même processeur (un Texas Instrument OMAP 4430, un design ARM Cortex A9 bicoeur à 1 GHz) et même fabricant, le taïwanais Quanta Computer.

Pour se distinguer au sein d'une offre déjà pléthorique, Amazon s'appuie sur le modèle propriétaire qui a fait le succès du Kindle aux États-Unis. Car si la Fire est bien une tablette sous Android, elle est liée à la boutique Amazon.

Le prix agressif de 199 dollars s'apparente en partie à celui des imprimantes ou des consoles de jeux : les constructeurs ne gagnent pas d'argent sur le matériel, mais bien sur les consommables : encre, jeux ou livres et films.

En achetant une Kindle Fire, le consommateur accepte de se lier à Amazon. Mais comme la boutique est très riche et les prix compétitifs, il n'en ressent pas de contrainte. Amazon devra pourtant faire un effort sur les applications, puisque l'accès à la boutique de Google ne sera pas possible.

Et pour les Français frustrés de ne pas pouvoir acheter la Fire en même temps que les Américains le 15 novembre prochain, ils peuvent se tourner vers Archos. La tablette 7 pouces est vendue 230 euros, la 8 pouces G9 à 250 euros, pour des caractéristiques techniques supérieures...

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS