L'Usine Aéro

Fioraso met sur orbite "l'équipe France" du spatial

,

Publié le

Concertation accrue entre industriels et acteurs publics, feuille de route technologique commune... la filière spatiale française s'organise pour être plus compétitive. Le premier comité de concertation Etat-Industrie s'est réuni, ce mercredi 4 septembre.

Fioraso met sur orbite l'équipe France du spatial © Pascal Guittet

En annonçant un soutien de 50 millions d'euros dans le cadre du nouveau programme d'investissements d'avenir au bénéfice de la filière, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, en charge du spatial, Geneviève Fioraso était sûre de conclure avec brio le premier CoSpace. Ce nouveau comité de concertation Etat-Industrie, qui réunit les ministères concernés par l'espace (la Défense, la Recherche, le Redressement productif...), les industriels (Astrium, Thales Alenia, Space...) et les organismes publics (CNES, Onera...) vient d'être installé afin de défendre au mieux les intérêts de la filière spatiale française.

Il s'agit de mutualiser les expertises et de partager une même feuille de route technologique comme le fait déjà la filière aéronautique à travers le Gifas. Ce secteur est stratégique: il emploie 1 2000 salariés et génère un chiffre d'affaires de 6 milliards d'euros par an. "En étant groupé et solidaire, le groupe France sera un interlocuteur plus fort lors de négociations internationales qui ne sont jamais acquises", a justifié la ministre. Trois groupes de travail ont été mis sur pied dans le domaine des marchés, des priorités technologiques et des applications.

Il s'agit également de mettre un peu de discipline dans la "maison spatiale France" et faire en sorte qu'elle s'exprime d'une seule voix. L'an dernier, en amont de la conférence internationale de Rome de l'ESA (agence spatiale européenne), stratégique pour définir les futurs grands programmes spatiaux européens, la ministre avait du faire preuve d'autorité pour concilier in extremis les positions du CNES et des industriels quant au futur lanceur européen. "Il faut à tout prix éviter qu'un tel manque de coordination ne se reproduise", prévient-elle.

Hassan MEDDAH

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte