L'Usine Aéro

Finnair réceptionne son premier A350 à Toulouse

, , , ,

Publié le

Finnair vient de réceptionner à Toulouse (Haute-Garonne) son premier A350 XWB et s’apprête à l'exploiter sur des vols réguliers avec la Chine, dès novembre. Une belle vitrine commerciale pour le dernier né de la famille Airbus.


Fabrice Brégier, Airbus - président et CEO d'Airbus, Pekka Vauramo, CEO de Finnair et Eric Schulz, président Civil Large Engines de Rolls-Royce (de gauche à droite) à la livraison du 1er A350 à Finnair.
 

Airbus a livré, mercredi 7 octobre, un nouvel exemplaire (le septième) de son dernier-né, l'A350 XWB (pour eXtra Wide Body - "fuselage extra-large"), à la compagnie finlandaise Finnair, au cours d’une cérémonie organisée pour l’occasion dans son fameux Delivery Center, à Colomiers, dans l’agglomération toulousaine (Haute-Garonne), devant un parterre de journalistes venus du monde entier. Une fois de plus, l’avionneur a su attirer les projecteurs sur la Ville rose, où est implanté l’usine d’assemblage de l’A350.

Si le nouveau long courrier d’Airbus a déjà engagé sa carrière commerciale, avec la livraison il y a près d’un an, en décembre 2014, du premier appareil à Qatar Airways, Finnair est aujourd’hui la première compagnie aérienne européenne à se doter d’un A350. La compagnie finlandaise sera par ailleurs la première compagnie aérienne au monde à exploiter l'A350 sur des vols réguliers vers la Chine, dès le 21 novembre 2015, sur une liaison long courrier Helsinki-Shanghai.

D’ici là, des vols seront exploités vers plusieurs destinations européennes, dont Amsterdam et Oslo. Cet appareil, configuré pour accueillir 297 passagers, rejoint ainsi une flotte "tout-Airbus".

Finnair, qui a commandé un total de 19 A350 à l’avionneur européen, totalise à ce jour une flotte de 45 appareils en service, dont 30 de la famille A320 et 15 A330/A340.

Un objectif confirmé de 18 A350 produits par mois à l’horizon 2018

Cette livraison a été l’occasion pour Fabrice Brégier, président et CEO d’Airbus, de confirmer les perspectives de croissance commerciale et industrielle de ce nouveau programme. "D’ici la fin de l’année, une quinzaine d’A350 sera livrée et en 2016, nous devrions livrer plus du double", a notamment précisé Fabrice Brégier.

Fin septembre 2015, l’A350 XWB totalisait pas moins de 783 commandes fermes, en provenance de quarante-et-un clients, grâce notamment à un argument commercial de choc : sa faible consommation de carburant. Selon son constructeur, l’appareil affiche un coût-siège kilomètre inférieur de 25 % par rapport à ses principaux concurrents, dont le Boeing 777.

Quant à la production, elle devrait monter progressivement en charge, pour atteindre l’objectif de dix-huit appareils par mois d’ici 2018, soit à peine quatre ans après la livraison du premier appareil.

Marina Angel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte