Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Findus serait à vendre

Publié le

Selon nos confrères du Figaro, le fonds d’investissement Lyon Capital (qui possède également la chaîne Picard) aurait mandaté la banque Rothschild pour revendre le groupe Findus, qu’il avait racheté en 2008 au fonds CapVest.

Findus serait à vendre © Rachu - C.C

Les entreprises citées

Le groupe Findus pèse environ 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires et compte quelque 21 usines dans cinq pays d’Europe, et un potentiel de 345 000 tonnes, dont 70 % de produits à base de poisson. En France, la marque devrait réaliser en 2011 un chiffre d’affaires de l’ordre de 210 millions d’euros (contre 195 millions en 2010). Sur un marché français du surgelé très atomisé, où les marques de distributeurs (MDD) sont très développées, Findus compte pour 8,5 % de parts de marché en valeur Findus devant Nestlé et sa marque Maggi, Marie, McCain, Charal et Bonduelle.

A Boulogne, c’est la surprise. Le groupe a annoncé il y a quelques semaines un investissement de 8,5 millions d’euros sur cinq ans pour développer les capacités de production de 20 000 à 25 000 tonnes. En échange, un accord a été signé avec les syndicats sur la flexibilité du travail, comprenant la réduction des temps de pause et des RTT. Le groupe avait prévu d’embaucher 50 personnes sur le site qui en emploie 200. L’annonce de la vente a été publiée le jour de l’entrée en vigueur de l’accord.

Remue-ménages global

L’opération, si elle se confirme, fait partie d’un vaste remue-ménage en cours dans le secteur des surgelés. En effet, en 2009, le groupe Bonduelle, spécialiste du légume, a signé un partenariat avec son concurrent Gelagri (détenu par la coopérative bretonne Coopagri) sur le secteur des marques de distributeurs (MDD). Et il y a quelques mois, sur le marché espagnol, le groupe de Christophe Bonduelle s’est également rapproché de son concurrent belge Ardo, numéro du légume surgelé en Europe, avec lequel il va former une co-entreprise d’une centaine de millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le groupe coopératif breton Cecab a lui vendu l’an dernier sa division légumes surgelés et ses huit usines au belge Pinguin Lutosa. Toujours en France, le groupe Nestlé a récemment réduit la voilure sur son usine de Beauvais, où il a arrêté certaines productions à la marque Maggi, diminuant les volumes de l’usine par deux, et supprimant quelque 170 postes. Certains observateurs anticipent un désengagement progressif du géant suisse du secteur.

De son côté, le groupe volailler LDC n’a toujours pas indiqué ce qu’il comptait faire des activités surgelés de la marque Marie. Il y a quelques mois, le patron du groupe, Denis Lambert, qui a racheté la marque Marie en 2009, semblait exclure une vente de l’activité surgelé, et évoquait un possible partenariat avec un spécialiste du secteur.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle