Fincantieri prend le contrôle de STX France sous conditions

LYON (Reuters) - La France et l’Italie ont annoncé mercredi un accord selon lequel le groupe italien Fincantieri prendra le contrôle des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, sous d’étroites conditions, ainsi que l'examen d’ici juin 2018 de la possibilité d’un rapprochement entre Naval Group et Fincantieri.

Partager
Fincantieri prend le contrôle de STX France sous conditions
La France et l’Italie ont annoncé mercredi un accord selon lequel le groupe italien Fincantieri prendra le contrôle des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, sous d’étroites conditions, ainsi que l'examen d’ici juin 2018 de la possibilité d’un rapprochement entre Naval Group et Fincantieri.

L'accord entre STX et Fincantieri, dont les détails ont été annoncés par la présidence de la République avant une déclaration d'Emmanuel Macron et du président du Conseil Paolo Gentiloni à Lyon, doit mettre fin à des mois de tensions entre les deux pays sur ce sujet.

Après la décision de la France de revenir sur l'accord conclu avec Fincantieri sous la présidence de François Hollande, l'accord prend en compte les susceptibilités nationales, avec un équilibre à 50-50 des intérêts nationaux. Avec une subtilité.

Fincantieri aura 50% du capital, l’Etat français 34,34%, Naval Group 10%. Sous conditions de réalisation, 2% ira aux salariés de STX et 3,66% aux sous-traitants locaux de STX. Mais l’Etat français prêtera 1% du capital à Fincantieri, ce qui permettra au groupe italien d’avoir 51% des droits de vote.

L’Etat pourra reprendre ce 1% au bout de 2, 5, 8 et 12 ans s’il estime que Fincantieri n’a pas respecté ses engagements, qui portent sur les règles de gouvernance, la préservation de l’emploi et du tissu de sous-traitance, du savoir-faire, de la propriété intellectuelle et du niveau d’investissement. Si l’Etat français reprend ce 1%, Fincantieri pourra exiger que l’Etat français rachète sa part de 50%. Si les employés ou les sous-traitants locaux ne peuvent acquérir 2% et 3,66% du capital, Naval Group aurait vocation à les reprendre, a-t-on précisé.

La direction des chantiers sera nommée par Fincantieri mais l’Etat français aura un droit de veto. Laurent Castaing, actuel dirigeant de STX France, sera PDG et aura une voix prépondérante au conseil. Le conseil d’administration comportera huit membres : quatre nommés par Fincantieri - dont le PDG, deux par l’Etat français, un par Naval Group et un par les employés. Des droits spéciaux pour l’Etat français sont attachés à l’activité militaire des chantiers. Les engagements pris dans le précédent accord de reprise des chantiers par Fincantieri en avril, qui portent notamment sur l'activité et la non prise de contrôle, demeurent.

France et Italie ont un fort intérêt à rapprocher Naval Group et Fincantieri mais l’opération serait complexe et n’est pas certaine d’aboutir, a-t-on souligné à la présidence française. Les groupes Thales et Leonardo sont associés à ces discussions car ils sont d'importants fournisseurs des deux groupes, Thales étant par ailleurs actionnaire de Naval Group, mais ils ne font pas partie du périmètre des négociations, a-t-on dit de même source.

Jean-Baptiste Vey et Gwénaëlle Barzic, édité par Yves Clarisse

0 Commentaire

Fincantieri prend le contrôle de STX France sous conditions

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS