L'Usine Energie

Fin du tarif de rachat pour les renouvelables ? Chiche ! répond l’éolien français

Manuel Moragues , , ,

Publié le

Le projet de loi de transition énergétique prévoit de plonger les énergies renouvelables dans le grand bain du marché. Les industriels de l’éolien prennent les devants et proposent une refonte du marché de l’électricité.

Fin du tarif de rachat pour les renouvelables ? Chiche ! répond l’éolien français © Tochis - Flickr - C.C.

Chiche ! Accusées de faire plonger les prix de gros de l’électricité tout en alourdissant la facture des consommateurs, les énergies renouvelables devront se passer du système actuel de subventions. Bruxelles veut qu’elles entrent sur les marchés. Le projet de loi de transition énergétique le prévoit. Allons-y ! répond France énergie éolienne (FEE), association des professionnels de l’éolien français. Mais attention : "C’est au marché de s’adapter aux énergies renouvelables, et non l’inverse", a lancé Frédéric Lanoë, président de FEE, lors d’une conférence de presse le mercredi 17 septembre.

Nouvelle architecture

L’association a présenté ses "Propositions pour une nouvelle architecture du marché de l’électricité". Un rapport réalisé par le cabinet de conseil Pöyry, spécialiste de l’énergie, dont une équipe basée à Oxford est consacrée au "market design". Une activité en vogue. "Dans toute l’Europe, les marchés de l’électricité sont entrés dans un processus de transformation", a relevé Franck Avedissian, senior principal de Pöyry. FEE a pris les devants en France et ses recommandations renversent audacieusement les rôles.

L’accès au réseau

Le réseau électrique et ses opérateurs, ERDF en tête, ne voient pas toujours d’un bon œil l’installation de ces productions décentralisées susceptibles de perturber les lignes. Il faut imposer la transparence à ERDF sur le raccordement des EnR au réseau et ne pas lui laisser la mainmise sur les travaux de raccordement afin d’en améliorer les coûts et les délais, préconise le rapport.

"Accéder au marché passe par l’accès au réseau", revendique Frédéric Lanoë. Et de justifier : "On ne peut pas demander aux EnR d’entrer en concurrence avec les énergies traditionnelles et ignorer le maillon réseaux, dont la part dans le coût de l’électricité produite augmente avec les baisses de coût des technologies éolienne et solaire."

Adapter le marché à l’imprévisibilité

La moindre prévisibilité de la production des EnR par rapport aux centrales conventionnelles est synonyme de moindre fiabilité d’approvisionnement ? Il faut ouvrir de vrais débouchés aux EnR en modifiant les règles du marché de gros pour les adapter au manque de prévisibilité des EnR, avec notamment des préavis réduits et des blocs d’énergie de plus courte durée, répond FEE. Une bourse des "garanties d’origine" devrait être mise en place pour "réaliser la valeur verte" des EnR, préconise aussi le rapport. Développer la flexibilité du côté des consommateurs - pilier du smart grid - via une tarification dynamique que permettrait le compteur Linky est une autre proposition pour amortir l’intermittence des EnR.

L’adaptation des règles d’ajustement aux caractéristiques des EnR est aussi au menu, tout comme une proposition de mécanisme pour la prime qui doit compléter la vente sur le marché. Sans oublier, à plus long terme, une restructuration en profondeur du marché du carbone… C’est une refonte du système électrique que vise la FEE. En l’assumant : "le système actuel a 40 ans. Il n’est plus adapté. Et encore moins pour intégrer 40% d’électricité d’origine renouvelable comme le prévoit le projet de loi de transition énergétique", tranche Sonia Lioret, déléguée générale de FEE. "A transition énergétique, transition du marché", résume Frédéric Lanoë.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

22/09/2014 - 14h20 -

Bonjour Florence et Alain38. Dans vos messages vous avez donné la solution! Il faut adapter notre consommation! eh oui!! si au lieu de toujours se plaindre on faisait plus attention à ses propres actions cela irait beaucoup mieux! en diminuant votre consommation, votre facture va également diminuer et vous ferez un geste pour la planète! :)
Répondre au commentaire
Nom profil

21/09/2014 - 12h31 -

Quel culot, cette FEE ! Oser prétendre que "C’est au marché de s’adapter aux énergies renouvelables, et non l’inverse", rien que ça !!
Bientôt, ce sera aux consommateurs de s'adapter à ces EnR, c'est à dire à s'habituer à ne consommer de l'électricité qu'en période de vent ou de soleil ! Tout en payant ces EnR 3 à 10 fois plus cher que les énergies pilotables (nucléaire dans notre pays), nettement plus fiables !
Au passage, la loi de Transition Energétique ne se donne pas pour objectif 40% mais 32% d'EnR dans le mix de production d'électricité, avec 15% déjà réalisés par l'énergie hydraulique, seule source renouvelable fiable et non marché.
Répondre au commentaire
Nom profil

18/09/2014 - 17h24 -

"C’est au marché de s’adapter aux énergies renouvelables, et non l’inverse", c'est aux contribuables de s'adapter à l'impôt, pas à l'état de faire des économies...
On croit rêver, mais c'est un cauchemar!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte