Fin du tarif de rachat pour les renouvelables ? Chiche ! répond l’éolien français

Le projet de loi de transition énergétique prévoit de plonger les énergies renouvelables dans le grand bain du marché. Les industriels de l’éolien prennent les devants et proposent une refonte du marché de l’électricité.

Partager

Fin du tarif de rachat pour les renouvelables ? Chiche ! répond l’éolien français

Chiche ! Accusées de faire plonger les prix de gros de l’électricité tout en alourdissant la facture des consommateurs, les énergies renouvelables devront se passer du système actuel de subventions. Bruxelles veut qu’elles entrent sur les marchés. Le projet de loi de transition énergétique le prévoit. Allons-y ! répond France énergie éolienne (FEE), association des professionnels de l’éolien français. Mais attention : "C’est au marché de s’adapter aux énergies renouvelables, et non l’inverse", a lancé Frédéric Lanoë, président de FEE, lors d’une conférence de presse le mercredi 17 septembre.

Nouvelle architecture

L’association a présenté ses "Propositions pour une nouvelle architecture du marché de l’électricité". Un rapport réalisé par le cabinet de conseil Pöyry, spécialiste de l’énergie, dont une équipe basée à Oxford est consacrée au "market design". Une activité en vogue. "Dans toute l’Europe, les marchés de l’électricité sont entrés dans un processus de transformation", a relevé Franck Avedissian, senior principal de Pöyry. FEE a pris les devants en France et ses recommandations renversent audacieusement les rôles.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’accès au réseau

Le réseau électrique et ses opérateurs, ERDF en tête, ne voient pas toujours d’un bon œil l’installation de ces productions décentralisées susceptibles de perturber les lignes. Il faut imposer la transparence à ERDF sur le raccordement des EnR au réseau et ne pas lui laisser la mainmise sur les travaux de raccordement afin d’en améliorer les coûts et les délais, préconise le rapport.

"Accéder au marché passe par l’accès au réseau", revendique Frédéric Lanoë. Et de justifier : "On ne peut pas demander aux EnR d’entrer en concurrence avec les énergies traditionnelles et ignorer le maillon réseaux, dont la part dans le coût de l’électricité produite augmente avec les baisses de coût des technologies éolienne et solaire."

Adapter le marché à l’imprévisibilité

La moindre prévisibilité de la production des EnR par rapport aux centrales conventionnelles est synonyme de moindre fiabilité d’approvisionnement ? Il faut ouvrir de vrais débouchés aux EnR en modifiant les règles du marché de gros pour les adapter au manque de prévisibilité des EnR, avec notamment des préavis réduits et des blocs d’énergie de plus courte durée, répond FEE. Une bourse des "garanties d’origine" devrait être mise en place pour "réaliser la valeur verte" des EnR, préconise aussi le rapport. Développer la flexibilité du côté des consommateurs - pilier du smart grid - via une tarification dynamique que permettrait le compteur Linky est une autre proposition pour amortir l’intermittence des EnR.

L’adaptation des règles d’ajustement aux caractéristiques des EnR est aussi au menu, tout comme une proposition de mécanisme pour la prime qui doit compléter la vente sur le marché. Sans oublier, à plus long terme, une restructuration en profondeur du marché du carbone… C’est une refonte du système électrique que vise la FEE. En l’assumant : "le système actuel a 40 ans. Il n’est plus adapté. Et encore moins pour intégrer 40% d’électricité d’origine renouvelable comme le prévoit le projet de loi de transition énergétique", tranche Sonia Lioret, déléguée générale de FEE. "A transition énergétique, transition du marché", résume Frédéric Lanoë.

Manuel Moragues

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS