Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Fin des permis de recherche d’énergies fossiles en France : ne pas confondre production et consommation

Myrtille Delamarche

Publié le

Analyse En annonçant que toute nouvelle demande de permis de recherche pour des hydrocarbures conventionnels (pétrole et gaz) en France sera désormais refusée, la ministre de l’Environnement et de l’Energie Ségolène Royal ignore deux enjeux majeurs : celui du taux d’indépendance énergétique et celui du mix énergétique.


Une "tête de cheval", ou pompe de pétrole de Vermilion sur le site de Champotran en Seine-et-Marne. Photo Antonia MACHAYEKHI.

Epinglée pour avoir accordé fin septembre 2015, à la veille de la COP21, trois permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux (Champfolie en Seine-et-Marne, Herbsheim dans le Bas-Rhin et Estheria dans la Marne) et en avoir prolongé deux autres dans les eaux des îles Eparses (canal du Mozambique), Ségolène Royal avait prévenu qu’il s’agissait sans doute des derniers permis accordés. Mardi 12 janvier, à l’Assemblée nationale, la ministre de l’Environnement et de l’Energie confirmait en annonçant que toute nouvelle demande de permis d’exploration pour ces combustibles fossiles serait désormais refusée.

"Puisqu'il faut réduire la part des énergies fossiles, pourquoi continuer à donner des autorisations de recherche d'hydrocarbures conventionnels?", demande la ministre. Peut-être parce que la France ne produit respectivement que 1% du pétrole et 0,07% du gaz qu’elle consomme ? Selon le Comité professionnel du pétrole (CPDP), en 2014 la France a extrait de son sol 0,7 million de tonnes de pétrole, couvrant 3,5 jours de consommation, et 0,03 gigamètres cubes (Gm3) de gaz, soit 0,3 jour de consommation.

16 000 barils produits tous les jours en France

La loi de transition énergétique, promulguée en août 2015, prévoit certes une réduction de la consommation française d’énergies fossiles de 30% d’ici 2030 par rapport à 2012. Ce qui revient, sur la base du mix énergétique français de 2012, à se contenter en 2030 de 45 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) de pétrole, 22 Mtep de gaz et 3,5 Mtep de charbon. Au vu des estimations de réserves, nul risque que la France produise sur son sol le pétrole et le gaz nécessaires pour répondre à ces besoins.

Quelque 16 000 barils de pétrole sont donc produits chaque jour en France, pour plus de moitié par la compagnie canadienne Vermilion, et principalement dans les Bassins parisien et aquitain. Outre un infime effet positif sur la balance commerciale française, ils rapportent 55 millions d'euros annuels en recettes fiscales, dont 30 millions aux collectivités locales, selon l’Ufip. Avec un coût de revient avoisinant les 30 dollars, cette production est longtemps restée rentable malgré la chute des cours du Brent, qui fait référence pour le pétrole français.

Etant donné le faible taux d’indépendance énergétique de la France sur les énergies fossiles, au plan national, ce n’est pas tant la production mais la consommation d’énergie qu’il faut urgemment faire évoluer. Et accompagner la mutation de ce mix énergétique est à la fois plus urgent et plus compliqué que d’annoncer un moratoire dont l’opposition a déjà laissé entendre qu’elle reviendrait dessus en cas de changement de majorité en 2017.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle