Fin des négociations sociales chez PSA

Les premières dispositions du PSE, qui concerne les usines PSA d’Aulnay-sous-Bois et de Rennes, devraient entrer en vigueur en avril.

Partager

Fin des négociations sociales chez PSA

Sept mois après l’annonce du plan d’économies "Rebond 2015" et dix réunions de négociations plus tard, la direction et les syndicats de PSA ont bouclé cette semaine le dispositif social qui entérine la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et va permettre au groupe de revoir son organisation industrielle.

"Nous avons trouvé un accord avec quatre organisations syndicales, qui représentent 65% des salariés. Une cinquième, la CFDT, doit donner sa position la semaine prochaine", a précisé vendredi 15 février le directeur industriel Denis Martin. C’est lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire, qui se tiendra fin mars ou début avril, que le projet d’accord sera officiellement voté. Derrière le projet, plusieurs dispositifs d’accompagnement doivent mener à 8 000 suppressions de postes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Plan de sauvegarde de l’emploi

Les sites de Rennes (Ille-et-Vilaine) et d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) font l’objet d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Au total, 4 200 salariés sont concernés et des pôles de mobilité professionnelle ont ouvert leurs portes vendredi 15 février sur les deux sites de production. PSA s’est par ailleurs engagé à réindustrialiser les deux sites.

A Aulnay, le groupe propose 3 500 "solutions" aux 2 800 employés. 1 300 personnes seront reclassées sur d’autres sites du groupe, notamment à Poissy, qui prendra le relais sur la fabrication de la Citroën C3 assemblée à Aulnay. "Un employé d’Aulnay en couple avec deux enfants, qui part à Poissy et doit déménager, touchera plus de 40 000 euros" a détaillé Denis Martin. Une indemnité de transfert supplémentaire de 5 000 euros net a été négociée par les représentants syndicaux dans le cadre de la mobilité interne.

Entre autres, 1 500 postes seront proposés dans le cadre de la réindustrialisation sur le site d’Aulnay-sous-Bois. "300 postes de transition professionnel ont aussi été négociés avec de grandes entreprises comme la SNCF ou ADP. Ils mèneront les salariés à un CDI" a indiqué Denis Martin. Les salariés bénéficieront alors de 450 heures de formation au maximum ainsi que de CDD et missions d’intérim pour se former à leur futur métier.

A Rennes, la direction a aussi détaillé son projet de réindustrialisation. Elle évoque 11 pistes d’entreprises intéressées pour une installation sur le site, dont 6 sont sérieusement à l’étude. Syndicats et direction estiment entre 600 et 900 postes proposés aux salariés bretons dans le ferroviaire, l’agroalimentaire ou le BTP. "Pour les 600 autres salariés, elles seront accompagnées personnellement, a annoncé le directeur industriel de PSA. Nous avons aussi des contacts avec des entreprises de haute technologie en Bretagne et Pays-de-la-Loire". Pour les deux sites, la phase de licenciement collectif pour motif économique interviendra dès janvier 2014.

Plan de départ volontaire

Mais pour atteindre les 8 000 suppressions de postes d’ici 2015, PSA a également lancé un plan de départs volontaires qui concernent les fonctions de structure, des fonctions support sur tous les sites industriels du groupe et les ingénieurs de la R&D. Les conditions sont ici identiques à celles des précédents plans de départ volontaire (PREC). En 2012, PSA a ainsi mené une première campagne de départs qui a permis de supprimer 6 000 postes.

En 2013, le plan de restructuration va permettre au groupe d’économiser 600 millions d’euros, auxquels s’ajouteront 100 millions d’euros d’économie issus du Crédit Impôt Compétitivité Emploi mis en place par le gouvernement. Lors de la présentation des résultats annuels mercredi, Philippe Varin a également annoncé qu’il espérait économiser 100 millions d’euros supplémentaires grâce à un accord de compétitivité, dont les négociations devraient débuter dans les prochaines semaines.

Pauline Ducamp

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS