Fin des éthylotests obligatoires : 226 emplois supprimés dans l'usine de Contralco

[ACTUALISE] La société avait anticipé l’obligation pour les automobilistes de disposer dans leur véhicule d’un éthylotest. Depuis le retrait de la mesure, elle revoit ses projets.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fin des éthylotests obligatoires : 226 emplois supprimés dans l'usine de Contralco

Actualisation - La direction de Contralco a annoncé lundi 4 février la suppression de 76 postes en plus des 150 concernés après l'annonce le 24 janvier du ministre de l'Intérieur Manuel Valls de reporter l'obligation d'avoir des éthylotests dans sa voiture. 226 contrats intérimaires et CDD ne seront pas reconduits, ramenant les effectifs du site à 84 salariés. La direction a déclaré que la prochaine vague de licenciements, s'il devait y en avoir une, concernerait cette fois les CDI. Les salariés ont prévu de manifester mardi 5 février dans l'après-midi devant la préfecture de l'Hérault, à Montpellier.

Contralco, principal fabricant d’éthylotests à usage unique en France, implanté à Gignac (Hérault), gèle ses investissements suite à l’annonce du gouvernement de reporter la décision de rendre obligatoire les éthylotests dans toutes les voitures en France.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Depuis 2011, la société anticipait au contraire pour être prête quand le gouvernement adopterait cette mesure : les 67 salariés de la société étaient rejoints par 80 intérimaires pour fabriquer 12 millions d’unités. En 2012, la société multipliait la production par cinq, investissait 3,5 millions d’euros, principalement dans de nouvelles machines et l’effectif montait progressivement à plus de 300 salariés. Elle réalisait un chiffre d’affaire de 14 millions d’euros.

Le gel de la mesure met donc un coup d’arrêt brutal à ce développement exceptionnel. La décision est intervenue le jour où la société fêtait ses trente ans. Le gouvernement prendra sa décision définitive sur l’obligation pour les automobilistes d’avoir un éthylotest en février, quand le conseil national de la sécurité routière aura rendu son avis.

Malgré cela, la société garde néanmoins de belles perspectives de développement grâce à l’export, qui croit chaque année et a représenté 36 % du chiffre d'affaires en 2012. Mais dans l’immédiat, le sort des salariés en contrats précaires (la moitié de l’effectif global de 312 salariés) est en suspens, les investissements sont gelés et le projet de regrouper d’ici 2015 toute l’activité, aujourd’hui sur trois sites, est lui aussi à reconsidérer.

Créée en 1982, la société appartient depuis 2006 à Eric Condesse et Antoine Marin.

Anne Devailly et Timothée L'Angevin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    CONTRALCO
ARTICLES LES PLUS LUS