Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Fin de récession mais pas de reprise en vue pour l’économie française

,

Publié le , mis à jour le 21/06/2013 À 15H17

La France va continuer de stagner, seul le redémarrage des exportations vers la zone euro, en particulier outre-Rhin, devrait donner un peu de tonus à l’industrie en 2013, selon la note de conjoncture publiée par l’Insee, ce jeudi 20 juin. 

Fin de récession mais pas de reprise en vue pour l’économie française © D.R.

François Hollande veut y croire. Lors de la conférence sociale, le chef de l’État a estimé que l’économie montrait des "signes encourageants". À en croire l’Insee, ceux-ci restent minces. "L’éclaircie reste timide", estime Cédric Audenis, le chef conjoncture de l’institut. L’économie française devrait certes sortir de récession au deuxième trimestre avec un rebond de 0,2 % du PIB. Mais l’activité devrait ensuite stagner au second semestre selon l’Insee.

Sur l’année, la croissance sera donc en recul de 0,1 %. À vrai dire, un seul moteur redémarre : celui des exportations. Au premier trimestre, les entreprises françaises avaient pâti du ralentissement inattendu de l’économie allemande, qui reste de loin leur principal client. Inversement, le net redémarrage de l’Allemagne attendu par l’Insee devrait doper la demande mondiale adressée aux exportateurs français au cours des prochains mois. D’autant que la situation s’améliore aussi en Espagne ou en Italie.

Une amélioration portée par l'industrie

Pour le deuxième trimestre, l’Insee anticipe une progression de 1,8 % des exportations de biens manufacturés. Ceci explique en grande partie l’amélioration inattendue de la production manufacturière, observée en avril (+2.6 % sur un mois) dans presque tous les secteurs. L’industrie s’est aussi remise à reconstituer ses stocks, même si le moral des industriels reste à un niveau bas. "L’amélioration de l’activité fin 2013 est entièrement portée par l’industrie", estime Cédric Audenis. Après un redémarrage robuste au deuxième trimestre (+0,9 %), la production manufacturière devrait globalement se stabiliser "avec des à-coups" au second semestre selon l’Insee.

Mais le bout du tunnel est encore loin. Pour créer un véritable élan, encore faudrait-il que la demande intérieure embraye à son tour. Or, tous les moteurs internes sont en panne sèche. La consommation des ménages, qui pèse pour 56 % du PIB français, devrait stagner jusqu’à la fin de l’année. Quant aux entreprises, même si leurs marges se stabilisent après deux ans de baisse, elles coupent dans leurs investissements. Heureusement qu’il reste l’Allemagne.

Solène Davesne


ve_062013 by L'Usine Nouvelle

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle